“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Affaires mains propres: malaise à l'audience

Mis à jour le 07/12/2016 à 05:14 Publié le 07/12/2016 à 05:14
Une semaine et demie de procès et une impression mitigée.

Une semaine et demie de procès et une impression mitigée. Franz Chavaroche

Affaires mains propres: malaise à l'audience

L'absence du « pacte de corruption », grand absent des réquisitions du ministère public, a jeté un trouble. Une faille dans laquelle se sont engouffrés hier l'ensemble des avocats

Polyphoniques. » D'un adjectif assassin, avec son inénarrable sens de la formule, Me Eric Dupond-Moretti a ainsi qualifié et flingué les réquisitions des procureurs Ludovic Leclerc et Sophie Mercier au tribunal correctionnel de Marseille. Il défend Claudio et Paolo Marzocco dans le dossier de l'affaire « mains propres ».

Deux procureurs de la République ce n'était déjà pas banal pour les réquisitions. Deux voix, quatre mains. Cette "polyphonie" n'a guère servi la clarté de l'accusation à l'audience, comme nous l'écrivions hier. Créant au contraire le malaise.

La raison ? Elle tient à l'étonnant grand absent des réquisitions : le pacte de corruption. Le renvoi d'une partie des onze prévenus devant le tribunal correctionnel tournait pourtant autour de ce...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct