Rubriques




Se connecter à

Affaire Rybolovlev: la justice suisse rouvre la procédure contre le marchand d'art Yves Bouvier

Le président de l'AS Monaco Dmitri Rybolovlev a obtenu que la justice suisse rouvre la procédure diligentée contre le marchand d'art Yves Bouvier, qu'il accuse d'escroquerie, ont indiqué ses avocats jeudi.

AFP Publié le 28/07/2022 à 13:35, mis à jour le 28/07/2022 à 13:40
Dimtri Rybolovlev. Photo J-F. O

Le bureau du procureur genevois avait classé la procédure l'an dernier mais le milliardaire russe avait immédiatement annoncé son intention de faire appel.

Dans un communiqué publié lundi, ses avocats ont indiqué que la Cour de justice de Genève a demandé au procureur de reprendre l'instruction de l'affaire Bouvier.

"Cet arrêt démontre la vacuité de la défense d'Yves Bouvier et l'inanité de ses déclarations fantaisistes", ont déclaré Me Sandrine Giroud et Me Benoît Mauron. "Nos mandants attendent sereinement la suite de la procédure et sont convaincus que la responsabilité criminelle d'Yves Bouvier et de ses acolytes sera promptement établie."

En janvier 2015, le milliardaire russe avait accusé M. Bouvier de l'avoir escroqué en lui revendant avec des marges exorbitantes une collection de tableaux digne d'un musée - dont le "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci, depuis cédé pour 450 millions de dollars, mais aussi des Picasso, Matisse, Van Gogh...

 

Il avait porté plainte à Monaco pour des escroqueries commises selon lui à l'occasion de trois transactions, portant sur un de Vinci, un Gauguin et un Rothko. Ses avocats avaient aussi saisi la justice suisse pour de nombreuses autres transactions, entachées selon eux d'escroquerie, d'abus de confiance et de blanchiment d'argent.

M. Bouvier s'est défendu de toute escroquerie et a affirmé avoir réalisé des plus-values comme toute personne achetant et revendant un bien en a le droit.

Le 12 décembre 2019, dans un rebondissement rarissime, la procédure intentée en 2015 pour escroquerie contre M. Bouvier par M. Rybolovlev a été entièrement annulée par la Chambre du conseil de la Cour d'appel de Monaco, au motif qu'elle était inéquitable et avait été menée de "manière partiale et déloyale" en raison notamment des relations entre les avocats de M. Rybolovlev, les enquêteurs et le procureur général de l'époque.

La justice monégasque a par ailleurs inculpé le milliardaire pour "corruption active", "trafic d'influence" et "prise illégale d'intérêts". Dans ce dossier sensible, il est soupçonné d'avoir abusé de ses bonnes relations avec des responsables de la Principauté.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.