Rubriques




Se connecter à

Affaire Pastor: les avocats de Janowski plaident l’absence d’éléments matériels

La parole était à la défense de l’accusé principal de l’affaire Pastor, ce mercredi soir devant la cour d’assises d’appel des Bouches-du-Rhône. Verdict ce vendredi

Grégory Leclerc Publié le 10/11/2021 à 19:55, mis à jour le 10/11/2021 à 19:54
Maître Jean-Jacques Campana, et Me Joseph Lapina, avocats de Wojciech Janowski. (Photo Franz Chavaroche) Photo F. C

Me Joseph Lapina et Me Jean-Jacques Campana, avocats de Wojciech Janowski, plaidaient ce mercredi soir pour leur client, accusé principal dans l’affaire Pastor, devant la cour d’assises d’appel des Bouches-du-Rhône.

La parole était à la défense avant le verdict. "Vous n’avez pas d’éléments matériels", ont-ils tous deux clamé à l’attention de la cour. "Il n’avait aucun intérêt à tuer la poule aux œufs d’or", s’est exclamé Me Lapina. "J’ai été saisi d’effroi quand j’ai entendu la peine que vous avez réclamée Monsieur l’avocat général. Réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté! À 72 ans, c’est une peine de mort quasi assurée!"

Les conseils de l’accusé principal ont brossé le portrait d’un homme follement amoureux de sa femme, un homme d’affaires sans problème, un bon père de famille, qui n’aurait eu aucun intérêt à faire assassiner Hélène Pastor. Selon Me Campana et Me Lapina, la milliardaire ne craignait pas Wojciech Janowski.

"Sur le journal intime d’Hélène Pastor, ils n’ont rien trouvé, pas d’appréciations péjoratives sur celui qui partageait la vie de sa fille. Dans la maison de vacances d’Hélène Pastor, Wojciech et Sylvia dormaient dans la chambre mitoyenne. Hélène Pastor l’a autorisé à l’appeler maman!" Me Lapina s’est dit surpris "de l’effet de diabolisation qu’on essaye de faire porter à celui-là (désignant Janowski dans le box, Ndlr), et l’effet de simplification à l’encontre de M. Dauriac."

 

Le coach sportif justement. Rebaptisé "le taiseux" - ils n’ont quasiment jamais prononcé son nom - il a fait l’objet des attaques croisées des deux avocats. Il aurait fomenté le plan de tuer Hélène Pastor pour faire "main basse sur l’argent". Comment? Les avocats ne l’ont pas expliqué. Pour Wojciech Janowski, très attentif dans le box, les deux avocats ont plaidé l’acquittement. "Juger c’est d’abord douter. Si le doute ne disparaît pas complètement, notre démocratie vous donne l’obligation de ne pas risquer d’envoyer quelqu’un qui n’est pas coupable en prison."

"Réveillez-vous!" Ses aveux? "Attention, on ne sait pas comment ils ont été formulés et écrits", réplique Me Campana. Les avocats ont estimé à l’audience que, si l’enquête de police avait été bien réalisée, elle avait été "trop rapide". Selon eux, elle a été orientée très vite vers le gendre, dénonçant le "venin" dont aurait été victime leur client. "Dans ce dossier, on n’a envie que d’une chose, c’est que le gendre soit condamné! Réveillez-vous un instant", a exhorté Me Jean-Jacques Campana, des trémolos dans la voix, s’adressant aux jurés.

Pas de preuves matérielles: comme un mantra, les deux avocats ont affirmé que rien au dossier, que ce soit la téléphonie ou les aspects financiers ne permet d’incriminer Wojciech Janowski. "Il n’y a rien de plus difficile que de défendre un coupable idéal", a plaidé Me Campana. "L’étranger à Monaco n’était pas chez lui. Ceux qui l’ont déstabilisé sont ceux qui tournent autour du Rocher."

Le verdict sera rendu ce vendredi.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.