“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Affaire Pastor: le fournisseur des munitions entendu par la cour d’assises

Mis à jour le 26/09/2018 à 13:45 Publié le 26/09/2018 à 11:23
Le procès Pastor s'est ouvert ce lundi 17 septembre.

Le procès Pastor s'est ouvert ce lundi 17 septembre. Photo Franz Chavaroche

Affaire Pastor: le fournisseur des munitions entendu par la cour d’assises

Dix personnes sont jugées devant la Cour d'assises des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence, pour les assassinats à Nice en mai 2014 de la richissime femme d'affaires monégasque Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich, dont le gendre de la milliardaire.

>> RELIRE. Le procès Pastor reprend ce lundi: voici l'article à lire si vous n'avez pas suivi la première semaine.

Au cœur de la deuxième semaine du procès de l’affaire Pastor, la cour d’assises d’Aix en Provence entendait ce mercredi matin Salim Youssouf, 30 ans, un ex gendarme adjoint volontaire. Approché par Al Hair Hamadi, le guetteur présumé, il a reconnu avoir fourni des munitions pour une promesse d’argent facile. Mais il limite là sa participation à l’affaire. Se décrivant comme "parano", "méfiant", il affirme s’être mis en retrait du projet après un aller retour à Nice au cours duquel il a rencontré Pascal Dauriac, le coach sportif de la famille Pastor. Que savait Salim Youssouf du funeste projet ? "Je pensais à un meurtre, un braquage, à beaucoup de choses."

>> LIRE AUSSI. Vous n'avez rien suivi à l'assassinat d'Hélène Pastor en 2014 à Nice? On rembobine l'affaire

Youssouf a reconnu ce mercredi matin avoir remis une boite en carton de 6 centimètres sur dix, recelant diverses munitions, du calibre 12, mais aussi quelques cartouches de fusil de chasse. Le tribunal a abordé ses troubles amitiés avec les hommes l’encadrant dans le box. Le tireur présumé ? "Un ami d’enfance, il a bon coeur." Le guetteur ? "Hamadi n’a pas d’amis, il s’accrochait à moi."

Les auditions des témoins ont pris un peu de retard. L'ambiance dans le prétoire, sur fond de différend ancien entre les deux hommes, est toujours aussi électrique entre Me Dupond-Moretti, le conseil de Janowski, et l'avocat général. Devait être entendu ce matin à la première heure Abdelkader Belkhatir, le beau-frère du coach sportif, Pascal Dauriac. Ce dernier sera entendu plus tard dans la journée. Dans cette affaire, il est celui qui parle et accuse le gendre d’Hélène Pastor, l’ex consul honoraire de Pologne.

Quant au principal accusé justement, Wojciech Janowski, il est resté ce matin impassible, comme à son habitude depuis le début du procès. Sa parole, très attendue, sera entendue ce mercredi en fin de journée et demain jeudi. Ce mercredi matin, il s’est contenté de guetter les moindres faits et gestes et allées et venues de son ex compagne, Sylvia Pastor.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct