Rubriques




Se connecter à

Affaire Pastor: "Je suis le seul ami de Janowski"

Constantin Kulikowski est l'un des rares à pouvoir rencontrer aux Baumettes Wojciech Janowski, le commanditaire présumé du meurtre d'Hélène Pastor et de son majordome.

Propos recueillis par Christophe Perrin Publié le 12/10/2014 à 07:08, mis à jour le 12/10/2014 à 11:12
Janowski et Kulikowski

Constantin Kulikowski est l'un des rares à pouvoir rencontrer aux Baumettes Wojciech Janowski, le commanditaire présumé du meurtre d'Hélène Pastor et de son majordome.

Constantin Kulikowski est interprète en langue polonaise. Entre deux procès en correctionnelle à Nice où il intervient en tant que traducteur, il explique qu'au moment où tout le monde a tourné le dos à Wojciech Janowski, 64 ans, l'ex-consul de Pologne à Monaco, lui s'est senti le devoir de lui tendre la main. «Par charité chrétienne», ajoute-t-il.

Il est déjà allé aux Baumettes rencontrer celui qui est au centre de l'une des histoires criminelles les plus incroyables de la Côte d'Azur. Il y retournera dans quelques jours.

 

Wojciech Janowski est détenu depuis le 23 juin, mis en examen pour la complicité du double assassinat de la milliardaire Hélène Pastor et de son majordome Mohamed Darwish.

Comment va Wojciech Janowski et comment occupe-t-il ses journées?

Je l'ai trouvé un peu amaigri mais il va à peu près bien. Il est toujours à l'isolement. Il craint pour sa sécurité en prison. Tout le monde sait qui il est.

Il m'a réclamé des gants de musculation et des chaussures de sport. Je les lui apporterai dès ma prochaine visite. Ainsi qu'un dictionnaire parce qu'il veut se perfectionner en français. Il suit l'actualité, lit la presse: Nice-Matin, Paris-Match...

 

Qui lui rend visite aujourd'hui à part vous?

Sa nièce, Katarina, la fille de sa sœur. Elle est avocate en Pologne. Elle est venue deux fois. Et puis moi depuis que le juge d'instruction a accepté ma demande.

Janowski m'a dit la dernière fois que j'étais son seul ami. Ça m'a fait quelque chose. Un homme jadis si puissant n'a même plus un ami en Pologne. Personne ne l'aide.

A-t-il encore des contacts avec sa famille?

Sa fille, qui obtenu son baccalauréat l'an dernier malgré les événements, étudie aux États-Unis. Elle lui envoie chaque mois 200 euros, pour qu'il puisse cantiner.

 

Sylvia, son épouse (en réalité sa concubine) a rompu tout contact. Il me demande régulièrement si j'ai de ses nouvelles, notamment quand il m'écrit.

Pourquoi avoir gardé contact avec M. Janowski?

Parce qu'il a toujours fait beaucoup pour la communauté polonaise de Monaco et de la Côte d'Azur. Il était très généreux avec ses compatriotes en difficulté. Je pense à ces ouvriers exploités, à cette jeune fille, Elvria, battue qui s'est retrouvée mise en examen pour meurtre. Il achetait des costumes folkloriques. Il avait versé la recette du concert de l'anniversaire Chopin à la Croix Rouge, donnait des lots pour la tombola de la fête nationale.

Le père Rosiek, un prêtre polonais de Nice, a d'ailleurs fourni un certificat d'hébergement si Janowski était libéré.

Vous parle-t-il de l'affaire dans laquelle il est mis en examen?

Il me dit qu'il est innocent. Qu'il est victime de son coach sportif qui, dit-il, le rackettait. Son avocat marseillais, Me Campana l'a persuadé qu'il allait bientôt sortir pour un vice de procédure. Mais il faudrait verser 200 000 e de caution et 130 000 e de frais d'avocat, ce qu'il n'a pas. Il n'a pas accès à ses comptes et je ne sais même pas s'il a encore de l'argent.

 

Il a été obligé de donner en acompte sa montre de luxe, une Patek Philip, à son avocat marseillais!

Qu'a-t-il fait de son argent?

Je ne sais pas. Je sais qu'il en envoyait régulièrement en Pologne. Mais à qui ? Avait-il une double vie ? Mystère. Je le connais depuis vingt ans mais je ne sais rien de lui avant qu'il ne s'expatrie. Comme moi, il est allé en Angleterre, a effectué quelques petits boulots puis a rencontré Sylvia, celle qui est sa compagne depuis vingt-neuf ans.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.