“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Affaire "mains propres": Grand Hôtel et grosse commission

Mis à jour le 02/12/2016 à 05:15 Publié le 02/12/2016 à 05:15
Le tribunal correctionnel de Marseille a examiné hier le dernier volet de l'affaire «mains propres».

Le tribunal correctionnel de Marseille a examiné hier le dernier volet de l'affaire «mains propres». Photo Franz Chavaroche

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Affaire "mains propres": Grand Hôtel et grosse commission

L'ultime volet de l'affaire « mains propres » a été abordé hier devant le tribunal correctionnel de Marseille. Il est à nouveau question d'une commission non déclarée

Les débats se sont achevés, hier, au tribunal correctionnel de Marseille, sur l'ultime volet de l'affaire « mains propres ». Même si cette fois l'ombre d'aucun élu de la République ne plane sur les débats, il est à nouveau question d'un chantier sur la presqu'île des milliardaires. Celui de la rénovation du Grand Hôtel du Cap. Le palace s'apprête à faire peau neuve à la fin des années 2000. Les travaux sont estimés à trente millions d'euros. La facture finale atteindra presque le double. Un joli marché auxquelles ont déjà soumissionné les poids lourds du BTP, Vinci, Carry, Eiffage… Lorsque Lino Alberti l'apprend. L'homme clé de l'affaire « mains propres », qui n'est toutefois pas poursuivi dans cet ultime volet, décroche alors son téléphone pour appeler un de ses nombreux « amis ».

Recruté pour son entregent

Il s'agit cette fois de Giuseppe Malaguarnera. L'homme a dirigé la société Richelmi, une des filiales de droit monégasque de Bouygues, même s'il a depuis quitté la région pour Grenoble où il occupe d'autres fonctions au sein du groupe. C'est pourtant lui que Lino appelle pour conseiller à Bouygues de soumissionner également à l'appel d'offres du Grand Hôtel du Cap. En toute amitié assure Alberti qui n'a « même pas » demandé de commission. Ce n'est pas le cas d'un autre intervenant, Christophe Marty.

L'homme se présente comme le « fils d'une famille de médecins », « né à Paris », dont le métier se résume à « monter des affaires » : « Je mets en relation des gens », « j'ai un gros relationnel dans le monde entier », assure celui qui, à la barre, explique connaître « personnellement » Bill Gates. Le fait est que c'est bien pour son entregent qu'on a fait appel à lui. Parce qu'il connaît aussi les responsables du Grand Hôtel. Pas seulement le directeur du palace, mais -dit-il- son nouveau propriétaire, le milliardaire ukrainien Leonard Blavadnik.

C'est pour « ouvrir des portes » et « mieux connaître les attentes du client » que Christophe Marty aurait été recruté par la filiale monégasque de Bouygues. Si le groupe de BTP emporte le marché, l'apporteur d'affaires sera rémunéré pour ses services. La commission est fixée à 1%, même si aucun écrit en atteste. Et c'est bien là le problème, souligne Christine Mée, la présidente de la sixième chambre correctionnelle de Marseille.

Le médaillé du travail se retrouve seul à la barre

« Il aurait pu y avoir simplement une facturation d'apporteur d'affaires ». Au lieu de cela la commission de 600 000 euros va transiter par une société de facturation anglaise pour finir sur un compte en Suisse. A la barre, Christophe Marty reconnaît avoir fait une erreur. Qu'il a d'ailleurs en partie déjà réparée en payant ce qu'il devait au fisc français. Même s'il est désormais poursuivi pour blanchiment, mais aussi de faux et usage de faux.

Car, chez Bouygues, pour justifier du versement de ladite commission, on ne pouvait se contenter d'une promesse verbale. Il a bien fallu faire un peu de paperasse. C'est ainsi que deux conventions ont été rédigées. Et comme l'une d'elle est signée de la main de Giuseppe Malaguarnera, c'est lui qui doit en répondre. « Seul », déplore son avocat, Me Olivier Forray. Car les auditions réalisées dans le cadre de l'enquête semblent démontrer que la direction régionale du groupe était parfaitement au courant des accords qui avaient été passés.

La SAM Richelmi s'est néanmoins constitué partie civile pour demander des comptes à cet ancien employé à la retraite auquel le groupe avait pourtant remis la médaille du travail pour ses 40 ans de bons et loyaux services… Juste avant qu'il ne soit placé en garde à vue. Cheveux blancs et ton policé, Giuseppe Malaguarnera semble avoir du mal à encaisser d'être ainsi lâché en eaux troubles. Car c'est bien au cœur de cette fameuse zone grise des paradis fiscaux et de ses méandres financiers qu'a plongé cette semaine le tribunal correctionnel de Marseille. Un monde parallèle où échouent parfois commissions occultes et recettes dissimulées. L'argent de la corruption pour la tour Odéon et le maire de Beausoleil ? Le black de la plage de Passable et les économies cachées de la famille du sénateur Vestri ? Il appartiendra au tribunal d'en décider après que le parquet ait pris ses réquisitions et que les avocats de la défense aient plaidé la cause des onze prévenus poursuivis dans le cadre de cette affaire « mains propres ».

Les grands oraux débuteront lundi.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.