Affaire Hamraoui: l'ex joueuse du PSG Aminata Diallo affirme ne pas "connaître" les agresseurs

Les agresseurs de Kheira Hamraoui "m'ont désignée comme étant la commanditaire, pourtant je ne les connais pas, (...) je n'ai jamais été en contact avec eux", affirme dans un entretien à RMC l'ex-milieu du PSG Aminata Diallo, mise en examen dans cette affaire retentissante.

AFP Publié le 12/10/2022 à 19:02, mis à jour le 12/10/2022 à 18:51
Montage photo réalisé le 10 novembre 2021, avec Kheira Hamraoui (à gauche) et Aminata Diallo (à droite). Photos AFP/Archives / Franck FIFE, Paul VERNON

Soupçonnée d'être la commanditaire de l'agression survenue en novembre 2021, la joueuse de 27 ans, poursuivie pour "violences aggravées" et association de malfaiteurs, a nié toute implication auprès de la chaîne de radio et télévision RMC, selon des extraits diffusés mercredi.

En apprenant "que l'on a attrapé les agresseurs, j'étais plutôt soulagée. Et puis il s'avère finalement qu'ils m'ont désignée comme étant la commanditaire. Pourtant je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n'ai jamais été en contact avec eux, je n'ai jamais parlé avec eux", insiste-t-elle, en affirmant que "c'est établi par les enquêteurs".

"Je ne peux pas expliquer pourquoi ils me désignent comme étant la commanditaire. Cela m'étonne quand même que des agresseurs ne veuillent pas donner le nom de la personne qui les a envoyés mais qu'ils disent juste "en tout cas c'est pour Aminata"", assure Diallo, sans club depuis la fin de son contrat en juin à Paris.

Pas de rivalité sportive, selon elle

L'internationale française conteste par ailleurs la thèse de la rivalité sportive avec la victime, qui évoluait au même poste qu'elle à Paris. "Je n'étais pas barrée par Kheira Hamraoui comme on essaie de le dire", affirme-t-elle.

Selon elle, la direction sportive et l'entraîneur de l'époque Didier Ollé-Nicolle étaient "très satisfaits de mon travail et de mes performances" et étaient favorables, avant l'agression, à "une prolongation de deux saisons".

"Il n'y a aucun élément qui montre qu'à ce moment-là, c'est dans mon intérêt de faire ça, bien au contraire", dit-elle.

Incarcérée pendant cinq jours après sa mise en examen, Diallo est sortie de détention le 21 septembre et fait l'objet d'un placement sous contrôle judiciaire.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.