“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Accusé de harcèlement moral, il est relaxé

Mis à jour le 23/02/2016 à 05:11 Publié le 23/02/2016 à 05:11
La défense a joué sur l'absente de l'amante.

La défense a joué sur l'absente de l'amante. archives M. A.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Accusé de harcèlement moral, il est relaxé

Relaxé.Une libération pour Jacques d'entendre la décision du président Jérôme Fougeras Lavergnolle.

Relaxé.Une libération pour Jacques d'entendre la décision du président Jérôme Fougeras Lavergnolle. Cet amoureux éconduit a comparu, devant le tribunal correctionnel, pour une infraction de violences psychologiques sur conjoint. Mais ce retraité réfute tout harcèlement. Il voulait, dit-il, connaître les raisons qui ont motivé sa compagne à mettre un terme à leurs relations.

Étape difficile. Douleur intense. Il cherche à la revoir. Mais la victime voit là une violence perverse quotidienne. Pour se débarrasser de ce personnage importun, elle porte plainte à la Sûreté publique le 21 août. « Vous venez devant son lieu de travail, indique le président, vous prenez des photos, vous lui envoyez des messages, vous la suivez... après avoir vécu ensemble pendant deux ans. »

La voix brisée, le prévenu s'en défend. « À chaque passage à Monaco je me proposais de rencontrer cette femme que j'ai connue lors d'un séjour de cure thermale. Je lui ai téléphoné pour sa fête... mais pas souvent ! Les photos ? C'est une mauvaise façon, je le reconnais... C'est vrai, je me suis présenté devant la boucherie où elle est employée. Quand j'ai vu que ce n'était pas le moment, je me suis éloigné... Nous avons eu des relations, mais nous n'avons jamais vécu sous le même toit. Je suis perturbé et confus d'être devant ce tribunal... »

La séparation des domiciles change tout. « Comment le parquet peut-il le deviner ? s'étonne le procureur Cyrielle Colle. Il reste au tribunal deux solutions : la relaxe ou la requalification... Mais le traumatisme psychologique existe. Cette dame a tellement peur d'être harcelée par son ex-compagnon, mécontent d'avoir été largué, qu'elle s'enferme dans la chambre froide de son lieu de travail dès qu'elle l'aperçoit. Vous n'avez pas besoin d'un certificat médical pour caractériser l'infraction. Une amende de 400€ en guise d'avertissement suffira. »

La défense jouera sur l'absence de l'amante à l'audience. « Cela démontre les propos mensongers de la plaignante. Mon client a toujours vécu seul : attestations, quittances, documents administratifs le prouvent ! La victime est une très jolie femme. Comment a-t-elle pu s'intéresser à un homme qui n'a rien de Brad Pitt ! Et mon client payait le loyer mentonnais de la victime. Elle aurait pu rompre autrement que par courriel. Appels, messages, etc., ne figurent pas dans le dossier, à part les déclarations de cette femme. Rien ne corrobore son changement de numéro de téléphone. Aucun témoin. La relaxe pure et simple... »

Le tribunal a suivi.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.