“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Accusé d'avoir volé des sacs Louis-Vuitton et Chanel, il ressort libre du tribunal

Mis à jour le 31/01/2018 à 10:01 Publié le 31/01/2018 à 10:00
Palais de Justice de Monaco .

Palais de Justice de Monaco . Photo d'archives Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Accusé d'avoir volé des sacs Louis-Vuitton et Chanel, il ressort libre du tribunal

Un ressortissant russe a été relaxé ce mardi 30 janvier des faits de vols de sacs Louis-Vuitton et Chanel. Si ça culpabilité n'a pas été prouvée, la Justice demeure convaincue d'avoir eu à faire à un maillon d'un réseau de trafiquant d'ampleur internationale.

"Le tribunal vous relaxe des faits de complicité de vols reprochés dans les boutiques Louis-Vuitton et Chanel de Monte-Carlo, le 7 mai 2015, en fin d'après-midi, concernant deux sacs pour femme d'une valeur respective de 37.000 e et 3.400€. Les images de la vidéosurveillance ont démontré que vous n'étiez pas dans ces commerces le jour concerné. Dès lors, le tribunal a estimé ne pas avoir de preuves suffisantes pour vous condamner."

À la lecture du jugement par le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, le prévenu, un ressortissant russe de cinquante-cinq ans, arrivé menotté dans le box, retrouve le sourire. Mais ce bonheur de liberté pourrait être de courtes durées…

Contacté, le parquet, très remonté au cours des débats contre ce chaînon "d'un réseau maffieux international", nous a déclaré "réfléchir à un éventuel appel". Sur l'heure, contentons-nous de rappeler les faits.

"Ce n'est pas moi qui détourne l'attention des vendeuses"

Le 12 juillet 2016, cet entraîneur de l'équipe masculine de hockey sur glace de Saint-Pétersbourg, où il réside - et par ailleurs négociant en vêtements, avait été condamné par défaut à un an de prison ferme avec mandat d'arrêt international.

La Justice lui reprochait d'avoir détourné l'attention du personnel pour permettre à quatre jeunes femmes de voler les sacs dans deux enseignes de luxe du Carré d'Or de Monte-Carlo. Interpellé en Italie, dans un hôtel de Rimini grâce à son passeport, le 7 juin 2017, il était extradé vers la Principauté le 4 janvier dernier.

À l'instant de la comparution devant le tribunal correctionnel, le président visionne les enregistrements des caméras où l'on voit le fameux sac Louis-Vuitton escamoté sur l'étagère par des mains expertes.

Dans un premier temps, grâce à Interpol, des noms féminins sont révélés et leur présence sur le territoire monégasque n'est pas anodine. Mais aucun rapprochement possible avec la physionomie du prévenu. "Regardez, lance l'individu depuis le box, ce n'est pas moi qui détourne l'attention des vendeuses!"

Alors, comment les policiers ont-ils pu mettre une identité sur ce complice ? Première piste où son nom apparaît: il avait loué une Citroën C3 Picasso à l'agence Avis de Nice pour faire une balade à Monaco avec une amie soupçonnée du délit et qui servait d'interprète.

On retrouve le même patronyme sur la liste des passagers pour des vols en provenance et à destination de Moscou. Plus intéressant, le 18 mai 2015, le mis en cause est sur le listing d'une compagnie où apparaît également le nom d'une jeune femme interpellée un peu plus tard en Principauté pour un vol de sac…

"J'étais sur une plage niçoise durant 4 jours"

Le prévenu jure au président qu'il n'était pas à Monte-Carlo ce jour-là. "J'étais sur une plage niçoise au cours de mes quatre jours sur la Côte-d'Azur. Je ne conteste pas avoir voyagé en avion avec ma traductrice, puis être retourné en Russie avec une connaissance."

Deux noms féminins cependant fournis par Interpol! Autre coïncidence relevée par le magistrat: "Si vous n'êtes pas venu en Principauté ces fameux jours, pourquoi retrouve-t-on votre véhicule dans le parking des Boulingrins?"

Le détenu en convient: "Ce n'est pas impossible puisque j'ai prêté la voiture à mon amie interprète. Mais elle ne m'en a rien dit et je ne connaissais pas ses intentions…"

"On n'est pas chez les Bisounours"

Le premier substitut Olivier Zamphiroff conseille aux juges de s'écarter de la vision angélique du prévenu.

"Vous êtes en face d'un réseau transinternational avec des Russes et des ramifications en France, en Italie, etc. Ce ne sera jamais le même guetteur ni les mêmes ouvrières à Paris ou à Helsinki… Ce n'est pas lui sur la vidéo? Acceptez une vision élargie et considérez son rôle au fil des destinations. Il voyage avec des voleuses et loue un véhicule afin de permettre aux ouvrières de faire ce qu'on leur commande. On n'est pas chez les Bisounours! C'est un maillon de cette chaîne de voleurs: deux ans de prison!"

La défense fait alors remarquer qu'il n'y a aucune preuve au dossier. "Ce serait l'unique raison de sa condamnation, clame Me Charlotte Marquet. Mon client n'a pas participé au vol à Monaco et il ne correspond pas à la description de la vendeuse. Le ministère public doit démontrer qu'il avait connaissance de commettre un vol. Or, aucun élément intentionnel ne figure au dossier ni aucune trace ADN sur le sac. Il vient d'être incarcéré pendant sept mois en attendant son extradition. Prononcez la relaxe…" C'est fait!


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.