“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

A Monaco, un chèque falsifié qui coûte très cher

Mis à jour le 03/03/2015 à 08:12 Publié le 03/03/2015 à 08:10
Palais de Justice de Monaco4
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

A Monaco, un chèque falsifié qui coûte très cher

Un gérant de société transforme un chèque de 27.51 € en près de 80.000 € pour le compte d'un autre bénéficiaire. Le prévenu, absent à la barre, a écopé de six mois de prison ferme.

Un gérant de société transforme un chèque de 27.51 € en près de 80.000 € pour le compte d'un autre bénéficiaire. Le prévenu, absent à la barre, a écopé de six mois de prison ferme.

Comment un chèque libellé avec la somme de 27,51 € peut-il se transformer en 79.927,51 € et atterrir sur le compte d'un autre bénéficiaire ? Il faudrait poser la question à Hasamettin.

L'ennui, c'est que ce gérant de société était absent lors de sa comparution devant le tribunal correctionnel. Dommage. Mais qu'importe, en fin de compte. Les magistrats n'ont pas mis longtemps à comprendre le petit jeu du prévenu et à le condamner à une peine par défaut de six mois de prison ferme.

L'affaire ne date pas d'hier. Elle débute le 7 octobre 2011, après une plainte déposée par le patron d'une SARL. Il a établi un chèque de 27,51 € pour régler un reliquat de travaux à une entreprise. Quelques jours plus tard, il voit son compte débité d'un montant colossal de 79 927,51 € versé à une autre entreprise !

Le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle démontrera la perfidie du prévenu.

«Ce gérant de société a été entendu et il a déclaré que cette somme représentait un acompte de 30 % des montants dus par la victime. Pour justifier cet encaissement, il a versé au dossier de faux devis toujours pour le compte de la société concernée. Afin de parvenir à pareil entortillage, il a d'abord effacé le montant inscrit puis il a effectué une surcharge par impression.»

Le prévenu, dont on ignore comment il a mis la main sur ce chèque, était poursuivi pour l'avoir encaissé. Le procureur Alexia Brianti parlera même d'escroquerie. «Car il s'agit de débiter quelque 80.000 € du compte d'une société victime d'une machination. Avec une manœuvre frauduleuse. Car le tampon apposé est un faux! Le préjudice est important et le procédé employé pour l'endosser relève d'une expérience certaine et d'un niveau élevé de professionnalisme! Vous condamnerez le prévenu à trois mois de prison ferme.»

Le tribunal doublera les réquisitions du ministère public.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.