Rubriques




Se connecter à

À Monaco, il vole des cartes bleues et flambent sur des sites de jeux en ligne

Outre le vol du portefeuille d’un client oublié à la caisse de la supérette du Port, l’individu avait effectué des paiements sur des sites en ligne. Le prévenu a reconnu les faits et a écopé d'une amende de 1.500 euros.

Jean-Marie Fiorucci Publié le 30/11/2021 à 16:41, mis à jour le 30/11/2021 à 16:42
La somme remboursée, le tribunal s’est montré clément avec l’accusé. Photo archives Nice-Matin

À mauvais comportement, accommodements obligent! Le tribunal correctionnel s’est penché sur une affaire de compromission.

Il s’agissait d’un vol de portefeuille contenant trois cartes bancaires, oublié le 15 juin dernier par un client au moment de régler ses courses dans une supérette sur le port Hercule. L’évagation n’avait pas échappé toutefois à cet Italien de 35 ans qui soustrayait l’objet discrètement.

Évidemment, quand l’étourdi revenait, son portefeuille avait disparu. Mais il y avait les traces de la vidéosurveillance et le témoignage du gérant du magasin qui avait reconnu le cuisinier d’un restaurant des environs…

Des versions qui diffèrent

À l’audience, rien d’étonnant d’apprendre l’utilisation frauduleuse des moyens de paiement par le voleur… Sur des sites de jeux en ligne principalement. Une escroquerie facile! Il a suffi de rentrer les chiffres figurant au verso de chaque carte, compléter la transaction par la date d’expiration et le cryptogramme situé au verso.

 

Pourtant, le prévenu cherche à minimiser sa faute à la barre. Au début, il pensait que les cartes avaient été perdues. Il les aurait jetées dans une poubelle de Roquebrune-Cap-Martin. Puis, il reconnaissait les avoir récupérées…

Cette défense hésitante a profondément déplu au président Florestan Bellinzona. Il oblige le coupable à transiger avec ses principes.

"Il faut vous poser à plusieurs reprises les questions pour arriver chaque fois à des versions différentes. C’est impressionnant! Vous mentez! Vous dissimulez même les montants dépensés. Ils sont différents et approximatifs: 300 à 400 euros. Puis, 500 à 600 euros. Enfin, 800 à 900 euros. Or, vous avez effectué trois paiements de 300, 600 et 800 euros. La victime a retiré sa plainte parce que vous lui avez rendu l’argent!"

"Une erreur de parcours"

Pour le procureur général adjoint Olivier Zamphiroff, cette infraction apparaît plutôt comme une erreur de parcours.

"Celle d’un homme qui a basculé dans l’appropriation de cartes bancaires, même s’il n’a pas un train de vie chatoyant avec son travail. Je tiens compte qu’il a régularisé la situation. Ce n’est pas un délinquant chronique qui n’arrive pas à se sortir d’une spirale. Pas de peine infamante afin d’éviter un licenciement. Préférez une amende à hauteur d’un mois de son salaire: 1.500 euros."

 

La défense apprécie des réquisitions calquées sur sa plaidoirie. "Mon client n’avait jamais posé de problème, remarque Me Sandra Roggi, du Barreau de Nice. C’est bien une erreur de parcours qu’il est incapable d’expliquer. Interpellé sur son lieu de travail, il a aussitôt reconnu les faits et il regrette ce qui s’est passé. Il ne comprend pas les raisons de ses achats. Il se sentait coupable. Il a réparé le préjudice financier. L’enjeu? Son permis de travail en Principauté! Prononcez une peine clémente afin qu’il puisse conserver son emploi, car il a quitté son Italie du sud pour s’insérer dans la vie professionnelle monégasque."

À l’issue du délibéré, le tribunal suivra les réquisitions du ministère public: 1.500 euros d’amende.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.