“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

À Monaco, il met le feu au bar et brûle un client à vie

Mis à jour le 14/04/2021 à 21:02 Publié le 14/04/2021 à 21:02
Fermée depuis le printemps 2020 et le début de la pandémie, le Jimmy’z a toujours sa réputation de centre névralgique de la fête en Principauté.

Fermée depuis le printemps 2020 et le début de la pandémie, le Jimmy’z a toujours sa réputation de centre névralgique de la fête en Principauté. Photo Archives Monte-Carlo SBM

Je découvre la nouvelle offre abonnés

À Monaco, il met le feu au bar et brûle un client à vie

Un chef barman avait enflammé le comptoir du « Jimmy’z », en 2019. Une victime avait été atteinte par un jet d’alcool et possède des séquelles à vie.

A jouer avec le feu, on finit par brûler... un client. Tel Prométhée, un chef barman du "Jimmy’z" s’était prêté aux souhaits d’un consommateur afin de mettre de l’ambiance avec quelques poussées d’adrénaline et intensifier le désir des flammes.

Mais en oubliant de jouer la carte de la prudence, le quadragénaire se mettait dans une situation aux conséquences très embarrassante.

Un mois à l’hôpital

Le 4 août 2019, vers 2 h 40, il allumait le feu après avoir déversé de l’alcool ménager sur le comptoir dans ce temple du clubbing.

Comme la combustion était insuffisante, il rajoutait du liquide inflammable. Un jet aspergeait une personne proche du bar. Sa chemise s’enflammait.

Malgré l’intervention de proches et des services de sécurité, la victime avait 12 % de sa surface corporelle altérée par l’action du feu.

Transportée par hélicoptère au service des grands brûlés, elle passait un mois à l’hôpital Sainte-Anne de Toulon, dans des souffrances intenses.

La prise de risque était, corollaire obligé, largement abordée par le président Florestan Bellinzona à l’instruction du dossier. D’après l’enquête, l’animation n’avait jamais généré d’accident et le chef barman réfutait toute responsabilité.

Mais à l’audience, sous l’insistance du magistrat et la projection des images de vidéosurveillance dans le prétoire, le prévenu a reconnu que l’accident pouvait être évité. Il s’est dit surpris et sous le choc tellement les images étaient fortes.

Une vie jamais comme avant

"C’était improvisé, a-t-il lâché. D’habitude il y a plus de préparation et de précaution pour ce genre d’animation. L’expérience est regrettable et pouvait être évitée. D’ailleurs, cet épisode imprévisible n’a jamais été renouvelé et j’ai arrêté... À cause de la Covid, je ne travaille plus depuis le mois d’octobre, car je suis saisonnier."

Brève apparition du plaignant à la barre pour évoquer les quatre mois d’ITT, ses douleurs, l’obligation de porter des vêtements de contention depuis deux ans. Et une vie qui ne sera jamais comme avant.

Relayé par son conseil, Me Sarah Filippi a mis en exergue l’inconscience du barman et l’inquiétude qui découle de son retour d’activité professionnelle.

Une amende de 3.000 euros, le sursis évité

"Il veut se dédouaner et renvoyer la balle à la victime. Certes, la SBM a été très légère dans cette affaire et elle a sa part de responsabilité. Greffes et douleurs permanentes ont marqué l’existence de ce jeune homme pour toujours." L’avocate a réclamé une somme de 78.000 euros pour réparer "la fin d’une joie de vivre" et une expertise.

Dans cet incident tragique, le premier substitut Cyrielle Colle a également soulevé l’absence de mesures de sécurité comme le manque de formation pour un exercice qui réclame une rigueur absolue.

"Que de négligences! Rajouter de l’alcool sur un feu avec des clients autour, c’est grave. Il y aurait pu y avoir plusieurs victimes. On ne peut mettre en danger une population parce que l’on fait ailleurs de telles expériences ou parce qu’elles sont postées sur les réseaux sociaux."

La parquetière ne se contentera pas d’un rappel à la loi. Une peine avec sursis de quatre à cinq mois assortie du sursis est sollicitée.

Le tribunal a réduit la sentence à une amende de 3.000 euros. Les juges ont tenu compte des circonstances accidentelles et estimé que le prévenu ne devait pas endosser l’unique responsabilité.

"Cette sanction aura de graves répercussions"

La défense, surprise par la sévérité des réquisitions, va poser plusieurs questions.

Tenter de montrer à sa manière la véritable nature de l’infraction avec ses conséquences sociales hostiles à la fois individuelles et collectives.

"Pourquoi faire la confusion entre la gravité des faits et les blessures? a commencé à marteler Me Thomas Giaccardi. La sanction pénale, pour un salarié saisonnier entouré de la confiance de sa hiérarchie, aura de graves répercussions au moment d’être réembauché par la SBM.

Certes, il y a eu un drame provoqué par le bouchon défectueux d’une bouteille d’alcool, sans pour autant vouloir minimiser les faits. D’ailleurs, sans ce défaut d’appréciation, nous ne serions pas dans cette salle. Alors, la peine doit être adaptée, proportionnée. Pourquoi ne pas se limiter à une amende? Pourquoi obérer son futur?"

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.