“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

A Monaco, 2.000 euros d'amende pour avoir dégradé le scooter de sa voisine d'immeuble

Mis à jour le 17/02/2015 à 14:20 Publié le 17/02/2015 à 07:32
Palais de justice de Monaco
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

A Monaco, 2.000 euros d'amende pour avoir dégradé le scooter de sa voisine d'immeuble

Surpris par sa victime et voisine dans le parking de leur résidence, un retraité a été condamné à une amende de 2.000 euros pour avoir lacéré son scooter.

Surpris par sa victime et voisine dans le parking de leur résidence, un retraité a été condamné à une amende de 2.000 euros pour avoir lacéré son scooter.

Rivalités ? Esprit de clocher ? La suspicion s'est installée entre un suppôt de concierge et les résidents des « Ligures », cet immeuble situé au début de la rue Honoré-Labande. Jacques est un retraité qui craint plus que tout une éventuelle hausse des charges.

Alors, il passe son temps à éteindre les lumières de la copropriété et à débrancher les prises des véhicules électriques en charge dans le parking. Gare aux esprits récalcitrants. Une motocycliste récidiviste a ainsi vu son deux-roues dégradé…

À la barre, ce Monégasque de 77 ans n'est pas vraiment méchant, mais assez bougon avec un raisonnement abscons. Il n'admet pas que la victime l'accuse d'avoir lacéré la selle de son scooter électrique le 7 mars 2014.

Or, la jeune femme s'était cachée derrière un pilier afin de démasquer le coupable qui avait retiré la prise de son chargeur la veille.

«Le lendemain, j'ai vu cet homme s'approcher de mon engin. Il a sorti un objet tranchant de sa poche et il a fait des gestes. Il a la réputation d'être très bavard et son unique passion consiste à tourner dans les niveaux réservés au stationnement des véhicules pour éviter toute consommation excessive d'électricité…»

Le prévenu s'emporte: «Ce n'est pas moi. J'étais en Italie avec ma femme!

- Mais vous venez de dire que vous étiez présent avec deux autres personnes dans le parking quand Madame vous a vu, relève le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. De plus, par le biais du signal de votre portable, la borne émettrice prouve que vous étiez dans les environs!

- C'est le téléphone de mon épouse. J'ai pu aussi me tromper de jour…

- Vous aviez été condamné à Monaco pour une dégradation à une amende de 2.000 €…

- C'était à tort et à cause de rumeurs… C'est un cercle vicieux: j'ai eu des véhicules rayés et de la colle dans les serrures…

- Pour l'affaire de ce jour, l'enquête de police démontre votre implication avec l'aide des caméras de vidéosurveillance…»

Pour la partie civile, Me Alice Pastor ajoutera les témoignages des résidents.

«Ils confirment que Monsieur traîne dans les parties communes toute la journée. Il a la manie de tout éteindre, car ça coûte de l'argent… Sur la vidéo, on le voit devant le box de ma cliente alors que son véhicule se trouve à l'opposé. Condamnez-le au versement de 5.000 € pour les réparations et le préjudice moral.»

Au procureur Cyrille Colle d'analyser la situation. «Que cache le prévenu? Il ment doublement quand il indique être en Italie avec son épouse. Ce jour-là, ils étaient chez eux tous les deux. De plus il avoue sa présence dans le parking vers 11 heures… 2.000 € d'amende!»

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public et ajoutera 1.000 € pour les dommages et intérêts.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.