30 jours de prison ferme pour un touriste qui pilotait ivre un scooter volé à Monaco

Un Lituanien retors a soutenu qu’il avait trouvé le deux-roues abandonné avec les clés au Larvotto. Alcoolisé, il pensait faire un tour avant de le ramener à son propriétaire.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 21/09/2022 à 16:03, mis à jour le 21/09/2022 à 14:18
Le prévenu, d’origine lituanienne, a écopé de trente jours de prison. Photo archives Nice-Matin

Touriste! C’est la profession des plus étonnantes déclarée devant le tribunal correctionnel par un Lituanien exécrable, plusieurs fois réprimandé et semoncé par le président Jérôme Fougeras Lavergnolle.

À croire qu’il était encore alcoolisé... Car ce jeune homme de 25 ans a comparu menotté pour une virée remarquée en état d’ivresse dans la Principauté, ce mardi 13 septembre, avec un scooter volé.

La trajectoire préoccupante a pris fin sur le Rocher, vers 15 heures. Le pilote était interpellé, après l’alerte donnée par un policier de la place d’Armes, confronté à une conduite inappropriée et sans casque.

"Je pensais faire un tour et le ramener ensuite "

Odieux pendant toute l’audience de flagrance, le prévenu n’a jamais reconnu les faits.

À voix haute, il a réfuté l’infraction. "Je n’ai pas volé le Piaggio, a-t-il affirmé avec une autorité significative. Il était abandonné avec les clés dessus. Je pensais faire un tour et le ramener ensuite. Pour cela on m’a placé en garde à vue où mes droits ont été bafoués ! Certes, j’étais un peu dans le brouillard..." Le magistrat, impérieux, lui a aussitôt imposé le silence, non sans difficulté.

 

"S’approprier de manière frauduleuse quelque chose qui appartient à autrui, c’est du vol! Vos déclarations n’ont pas convaincu les services de sécurité, contactés plus tôt par une dame pour signaler le vol de son scooter. Elle avait stationné, pour une dizaine de minutes, son deux-roues au Larvotto et laissé les clés sur le contact. Avec la vidéosurveillance, vous étiez vite repéré. Quand on vous a amené à la Sûreté publique, vous avez refusé de vous exprimer sur votre comportement. Vous étiez venu à Monaco avec quelles intentions?"

Comédien, le prévenu voulait "voir les plages et profiter d’une période de repos avant de retourner chez moi. J’ai beaucoup bu dans les bars. Mais vous ne pouvez pas me condamner pour avoir pris un scooter abandonné ! J’avais l’intention de le ramener".

- "Abandonné? a relevé illico le président. Pourtant il était flambant neuf. Vous avez refusé le test d’alcoolémie. Vos casiers monégasque et français sont néants. Mais d’après les autorités lituaniennes, vous auriez effectué cinq ans de prison et dans votre fichier figurent quatorze mentions. A quoi correspond votre condamnation avec une incarcération?"

- "Cela ne concerne pas les raisons pour lesquelles je suis ici. D’ailleurs je ne m’en souviens pas. En revanche, j’ai passé deux jours dans un état horrible. J’étais même dépressif. À quoi ça sert de m’avoir mis en cellule ? Une amende était suffisante et je serais reparti."

Deux mois ferme requis

Aucune prime à la raison pour le parquet! "Quand j’ai reçu ce désagréable personnage, d’après le premier substitut Valérie Sagné, rien n’avait d’importance

 

"Condamnez ce touriste! Il était sur un scooter volé et en état d’ivresse manifeste. Il a refusé le test salivaire pour détecter des traces de stupéfiants. Il dit avoir trouvé le deux-roues avec les clés. Or, Monsieur est assez malin. Interpellé, il a sorti les papiers. Cela démontre son intention de s’approprier un bien volé. Je requiers deux mois ferme."

Le tribunal a écourté à trente jours, le séjour monégasque du prévenu à la maison d’arrêt. Un bien mal acquis...

"J'ai fait l'expérience d'un client taiseux"

Me Maeva Zampori, chargée d’assurer la défense du prévenu, a eu beaucoup de peine à lui soutirer des propos cohérents avant l’audience, si l’on se réfère à sa plaidoirie.

"J’ai fait l’expérience d’un client taiseux. Il s’agit d’un vol d’opportunité et d’un comportement que ce jeune homme ne s’explique pas. Ce n’est donc pas suffisant pour prononcer une condamnation qui le maintiendra en prison.

Ce Lituanien ne comprend pas le français. C’est la raison pour laquelle il ignorait l’obligation de se soumettre à un test.

Certes, il a voulu choquer par des phrases qui heurtent la délicatesse de la justice. Prenez tout de même en compte l’absence de mentions sur ces casiers français et monégasque…"

Revenu à une attitude plus affectée, le prévenu a avoué: "Avec l’alcool, je ne me sentais pas très bien. Vous avez pu le constater, j’ai rendu le scooter sans l’abîmer…"

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.