“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

15 jours ferme pour avoir transgressé une mesure de refoulement du territoire monégasque

Mis à jour le 04/01/2018 à 13:27 Publié le 04/01/2018 à 05:06
Sa dernière condamnation remontait à juin 2017.

Sa dernière condamnation remontait à juin 2017. Photo archives NM

15 jours ferme pour avoir transgressé une mesure de refoulement du territoire monégasque

Aux frontières de la Principauté, les mailles des filets policiers filtrent, à la manière d'un tamis très fin, les visiteurs indésirables. Comme ce monteur en échafaudage ! Il n'est pas allé plus loin que le rond-point Wurtemberg ce 9 octobre dernier.

Quand il est arrivé au volant de sa Citroën, vers 13 h 30, une période pourtant assez calme au niveau de la circulation, il n'a pas échappé au contrôle d'identité. Très vite repéré par les agents de faction, qui se sont aperçus que ce Français de vingt-six ans était frappé d'une mesure de refoulement.

Conduit dans les locaux de la Sûreté publique, le jeune homme a assuré n'avoir aucune mauvaise intention. Il était venu à Monaco pour rendre visite à son beau-frère… Voulait-il se venger, ensuite, par son absence à l'audience du tribunal correctionnel ?

Après une rapide description de la personnalité du prévenu, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle a évoqué son passé lié à la délinquance. «Plusieurs condamnations figurent sur ses casiers judiciaires, pour vols, conduite sans permis, stupéfiants, etc.»

«Cette personne n'a vraiment rien à faire à Monaco»

Il est très regrettable de ne pas se présenter pour le procureur Alexia Brianti. «On comprend, à la lecture des casiers, les raisons de la mesure de refoulement. Depuis trois ans, de nouvelles condamnations se sont ajoutées et la dernière est récente : elle date du mois de juin 2017. Cette personne n'a vraiment rien à faire sur le territoire monégasque. Compte tenu de sa personnalité, le quantum de la peine doit être dissuasif : quinze jours ferme».

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.


La suite du direct