“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

1.300 euros d'amende pour un oeil au beurre noir

Mis à jour le 04/11/2016 à 05:05 Publié le 04/11/2016 à 15:05
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

1.300 euros d'amende pour un oeil au beurre noir

Être condamné à payer 800 € d'amende et le versement de 500 € au plaignant pour un œil au beurre noir ! De quoi faire réfléchir l'auteur des faits à la moindre intention prochaine d'avoir des rapports musclés pour un banal différend.

Cette affaire devait conduire à la barre du tribunal correctionnel un Mentonnais de 66 ans pour violences ayant entraîné une incapacité totale de travail de trois jours. Mais le prévenu est absent. En revanche, la victime est devant les juges pour obtenir réparation d'un préjudice qu'elle à grand-peine à évaluer.

L'affaire montre qu'il y a souvent des claques qui se perdent… Comme ce 25 février dernier. Un camion de livraison gène la circulation dans une artère principale de Monte-Carlo. Un automobiliste déporte son véhicule sur la voie de gauche pour éviter de bloquer le trafic.

À cet instant, arrive un scooter conduit par la victime. Le choc est évité de justesse. Aucun accident ni blessé. Mais les choses n'en restent pas là : le ton monte, les insultes suivent, la violence emboîte les gestes ! Une gifle part quand le prévenu est encore au volant. Le soufflet déclenche aussitôt une sorte d'aversion instinctive : l'automobiliste riposte par un coup-de-poing en pleine figure…

"Parole contre parole"

Le président invite le plaignant à venir à la barre pour donner sa version des faits. "Déjà traumatisé par un chauffard lors d'un précédent accident, raconte-t-il, et avec de lourdes séquelles, d'être frappé de la sorte m'a choqué. Je suis handicapé… L'homme s'est ensuite échappé. D'autre part, comme je travaille dans le monde du luxe, je ne pouvais pas me présenter à mon poste avec un œil au beurre noir…"

Quand le magistrat lui demande la somme réclamée en tant que partie civile, la victime avoue ne pas savoir "quantifier le préjudice" et annonce "au hasard le montant de 1.000 €".

Pour le premier substitut Olivier Zamphiroff, "cette affaire n'aurait jamais dû aboutir devant ce tribunal. Avec trois appréciations différentes, on en vient à des insultes, à une algarade! Une gifle? Une pichenette? On ne sait pas vraiment. C'est parole contre parole… Comme il n'y a pas de préjudice important, vous sanctionnerez par une amende de 400 €". Le tribunal dépassera largement les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.