“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Est-ce que vous connaissez "Apex Legends"? Ce nouveau concurrent de taille pour le jeu vidéo "Fortnite"

Mis à jour le 26/02/2019 à 07:12 Publié le 26/02/2019 à 07:06
Image d'illustration du jeu Apex Legends.

Image d'illustration du jeu Apex Legends. Photo DR

Est-ce que vous connaissez "Apex Legends"? Ce nouveau concurrent de taille pour le jeu vidéo "Fortnite"

Lancé en 2017, "Fortnite" a bousculé le monde du jeu vidéo en devenant l'un des titres les plus pratiqués. Le concept, déjà vu dans d'autres productions auparavant, est simple: plusieurs dizaines de joueurs se retrouvent en ligne et il faut éliminer tous les autres pour l'emporter.

Face au raz-de-marée, qui compte quelque 200 millions de joueurs inscrits, chaque éditeur tente de trouver la bonne réponse.

Celle d'Electronic Arts s'appelle "Apex Legends" et prend place dans un univers déjà connu, celui de "Titanfall", le jeu de combats de robots sorti en 2014 et qui a connu une suite en 2016.

Vingt équipes de trois joueurs se retrouvent donc dans un univers futuriste avec pour objectif de survivre.

Pour y parvenir, le choix des armes est essentiel mais aussi une pleine collaboration entre les coéquipiers, à travers notamment un système de marquage permettant d'indiquer les éléments importants sur la carte.

Le jeu est gratuit - du contenu supplémentaire peut cependant être acheté - et a connu un rapide succès: au bout d'une semaine, 25 millions de joueurs l'avaient essayé.

("Apex Legends" - Disponible sur Playstation 4, Xbox One et PC)


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.