“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Il meurt dans un accident de voiture: son épouse indemnisée, sa maîtresse aussi

Mis à jour le 13/05/2021 à 10:39 Publié le 13/05/2021 à 10:42
L'homme est mort dans un accident de la route en Italie, en 2018.

L'homme est mort dans un accident de la route en Italie, en 2018. Photo F. C.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Il meurt dans un accident de voiture: son épouse indemnisée, sa maîtresse aussi

L'amante d'un homme tué sur la route a obtenu gain de cause après avoir démontré les liens qui l'unissait au défunt.

A la suite de la mort d'un Italien dans un accident de la route, aussi bien son épouse que son amante ont été indemnisées par les assurances, écrit jeudi le quotidien La Stampa.

L'homme de 39 ans et son épouse, habitants de Turin (nord), avaient ensemble un enfant en bas-âge mais le mari entretenait également une liaison extraconjugale dont il ne se cachait pas.

En 2020, lorsqu'il meurt dans un accident de la circulation, les policiers cherchent à l'identifier: sa veuve étant en voyage, c'est l'amante qui s'en charge. Et qui fait aussitôt valoir ses droits, en invoquant les liens qui l'unissait au disparu et leurs projets d'avenir.

"Elle était liée à cet homme par une espérance de vie commune. Il y avait une vraie intensité dans les sentiments, ils cohabitaient", a justifié son avocat, Me Gino Arnone, cité par le journal.

"Trois jours avec moi, quatre avec la famille", a expliqué, de façon anonyme, l'amante au quotidien.

La Stampa ne précise pas le montant des indemnisations.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.