Rubriques




Se connecter à

Des "colliers d’immunité" à débusquer dans deux parcs de Menton

Si l’alcool est à consommer avec modération, l’humour et la légèreté, eux, sont sans limite. Et les responsables de la brasserie La Mentounasc l’ont bien compris.

A.R. Publié le 17/11/2021 à 19:00, mis à jour le 17/11/2021 à 19:34
Dix colliers sont à trouver dans les jardins Biovès et le Parc du Pian. (Photos: La Mentounasc)

Après avoir organisé une chasse aux galets, durant l’été, pour gagner des bouteilles de leur breuvage aux agrumes, Alexis Gouttenoire et Rémi Guignot remettent le couvert. En lançant – dès aujourd’hui – un concours aux allures de Koh Lanta. Sans île déserte, et sans épreuves de forçat. Exit les poteaux, l’orientation, le feu ou l’apnée. Seule compte, au fond, l’épreuve (finale) de la dégustation.

L’objectif? Trouver l’un des dix colliers d’immunité cachés dans les jardins Biovès et le parc du Pian. Cinq dans l’un, cinq dans l’autre. Pour les repérer, pas de réelle difficulté: les grigris sont composés de perles où l’on peut lire aisément "La Mentounasc".

 

Les règles du jeu tiennent en trois étapes: trouver un collier, se prendre en photo à l’endroit où il a été débusqué, poster la photo sur Instagram ou Facebook en veillant bien à tagger @lamentounasc (et à mettre son post en partage "public").

"Pour chaque collier d’immunité retrouvé, l’aventurier remportera un pack surprise de trois bières la Mentounasc", indique-t-on du côté de la brasserie. Précisant que, question de fair-play, une même personne ne pourra arborer qu’un seul trophée.

"Bonne chance à tous les participants et pour ceux qui ne trouveront pas, les aventuriers de la tribu du Mentonnais ont décidé de vous éliminer et leur sentence est irrévocable!!!" Quant à ceux qui refuseraient l’aventure, qu’ils ne s’étonnent pas de voir ramper des Mentonnais dans leurs espaces verts préférés.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.