"C’est une chance exceptionnelle": Cannes veut aussi son Walk of Fame, et voici comment la ville va s'y prendre

Le Palais des festivals et la Ville entendent redonner tout leur lustre aux empreintes de stars, dont 300 sont déjà en stocks, avec un nouveau moule, une cérémonie et un parcours élargi.

Alexandre Carini Publié le 11/09/2022 à 09:30, mis à jour le 10/09/2022 à 21:09
Devant le Palais, les mains des stas nous font déjà un appel du pied... Photo A.Carini

On les piétine parfois distraitement. Souvent, on s’essaie à poser nos doigts sur les leurs, comme pour communiquer avec elles, main à main.

Jack Nicholson, Claude Lelouch, Sophia Loren, Val Kilmer, Jean-Louis Trintignant, Jodie Foster, Quentin Tarantino, Nicole Kidman, Sylvester Stallone, Johnny Hallyday, Nicolas Cage, Angelina Jolie, Viggo Mortensen, Michel Piccoli… Autant de stars, d’hier et d’aujourd’hui, dont l’empreinte est à jamais gravée dans l’histoire de Cannes et de son Festival.

Certaines, en inox ou céramique, composent un hall of fame (temple de la renommée) cannois qui semble guider le pas des touristes tout autour du Palais. Et ne manque jamais de susciter leur curiosité.

D’autres sont stockées dans le magasin général du Palais des Festivals, telle des princesses endormies attendant un doux baiser.

Mais pour être signe d’éternité, pas question de les laisser ainsi somnoler à l’ombre de leur renommée!

 

Ces empreintes appartiennent à notre ADN

Les (grand) enfants ne sont pas les denriers à psoer leurs maisn dans celles de leurs illustres aînés. Au Palais, un nouveau mur de talents est né... Photo A. Carini.

La Ville et le Palais entendent redonner tout leur lustre à ces empreintes, dont 300 ont déjà été réalisées.

"Pour nous, ces empreintes appartiennent à l’ADN de Cannes, c’est une chance exceptionnelle", souligne Régis Courvoisier, directeur de com’ et marketing au Palais. Elles nous permettent de garder un souvenir impérissable des personnalités, et nous souhaitons que la prise d’empreintes devienne une cérémonie un peu plus solennelle et médiatisée."

Depuis 1984, la séance se faisait un peu en catimini, à l’arraché. Même si Kim Basinger n’a pas laissé de glaise Bernard Oheix, ancien directeur évènementiel qui avait dû appuyer sa main contre celle de la belle pour imprimer.

Ces dernières années, le rituel avait tendance à se raréfier, "mais on a toujours eu l’intention de reprendre le concept, et douze nouvelles personnalités ont joué le jeu lors du dernier festival", assure Régis Courvoisier.

Edgar Ramirez honoré de poser ses mains

Notamment l’acteur Edgar Ramirez (Carlos), juré de la caméra d’or, qui a ainsi posté, "il y a des honneurs auxquels on ne peut même pas croire".

 

Fabriqué par l’artisan Dominique N.B. de Vallauris, un nouveau moule est désormais disponible pour les reproduire.

Après la céramique qui casse, et l’inox un peu froid, reste à trouver le bon matériau pour donner corps à ces mains, sans être à côté de la plaque.

Les nouvelles ne seront pas seulement signées. Elles seront toutes accompagnées du nom de l’artiste et de l’année de création, afin que le public puisse mieux les identifier.

Car toutes sont destinées à être exposées à l’air libre, selon un parcours qui s’éloignera aussi du Palais pour cheminer vers la Croisette ou le Suquet.

Le coût d’une empreinte? 150 euros tout compris, de la prise d’empreinte à la plaque finale.

Faible prix pour acquérir un peu de la gloire éternelle d’une star aux mains d’argile...

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.