“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"On trouve toujours une place assise"... Pourquoi y-a-t-il trois fois moins de voyageurs dans le TER Nice-Monaco?

Mis à jour le 17/06/2020 à 22:16 Publié le 18/06/2020 à 07:30
Le matin, aux heures de pointe, on est loin de la foule des grands jours à la sortie du train.

Le matin, aux heures de pointe, on est loin de la foule des grands jours à la sortie du train. Photo F. B

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"On trouve toujours une place assise"... Pourquoi y-a-t-il trois fois moins de voyageurs dans le TER Nice-Monaco?

Alors qu'en temps normal les rames quotidiennes sont bondées en direction de la principauté, le trafic des pendulaires reste faible malgré le déconfinement.

On le sait, emprunter la voie des rails en heure de pointe entre Nice et l’Italie, c’est s’exposer au risque de passer l’intégralité du trajet debout. Au moins jusqu’à l’arrêt en gare de Monaco. « On est presque tout le temps serrés comme des sardines », reconnaît Elsa, une Niçoise travaillant à Menton.

Forcément, pendant le confinement, la donne a radicalement changé. En même temps qu’une réduction drastique de l’offre ferroviaire – 20 trains quotidiens desservant Monaco en semaine dans les deux sens – la fréquentation dans les wagons a chuté.

Depuis le déconfinement, l’affluence peine à retrouver les standards d’antan. « Vers le 18 mai, il m’est arrivé d’être seule dans mon wagon. Depuis, il y a un peu plus de monde mais on trouve toujours une place assise. Ce n’est pas encore plein, loin de là », explique l’usagère.

Un témoignage en corrélation avec les chiffres fournis par la SNCF et la Direction de la prospective de l’urbanisme et de la mobilité. Des données, fruit de comptages manuel et électronique (capteurs en gare de Monaco).

« Si l’on prend le mois de référence – c’est-à-dire mars car les actifs et les étudiants prennent le train et les chiffres ne sont pas biaisés par les gros événements de Monaco – on a normalement 23.000 voyages (= un aller) par jour en semaine pour 92 trains desservant quotidiennement Monaco dans les deux sens, détaille Céline Marijon, attachée à la DPUM, en charge des sujets ferroviaires. La semaine du 4 mai [déconfinement à Monaco], on a comptabilisé 2.500 à 3.000 voyages par jour pour 34 trains, puis 4.200 à 5.000 voyages pour 55 trains la semaine du 11 mai [déconfinement en France]. La semaine du 2 juin, seconde phase du déconfinement, on parle d’un trafic journalier de 6800 à 7300 voyages journaliers dans les deux sens pour 61 trains. »

Cette semaine, 75 trains desservent Monaco. Ce mardi, 8.500 voyages ont été effectués. Soit près de trois fois moins que d’habitude.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.