Rubriques




Se connecter à

On connaît l'impact de la crise sanitaire sur les trafics routier et ferroviaire à Monaco

Conséquence immédiate de la crise sanitaire : les salariés, en CTTR ou en télétravail, sont bien moins nombreux à se rendre en Principauté. Résultat : sauf incident, fini les bouchons.

Joëlle Deviras Publié le 25/11/2020 à 08:00, mis à jour le 24/11/2020 à 21:49
Au cœur de l’été, après confinement, la circulation était bien moins dense que d’habitude. Photo Jean-François Ottonello

Quasiment 10.000 véhicules en moins et 15.000 voyageurs ferroviaires en moins chaque jour!

La crise sanitaire a eu raison du bouillonnement habituel de la Principauté.

À la date du mercredi 18 novembre 2020, il y avait 83.085 véhicules entrants et sortants en Principauté contre 102.034 le même 18 novembre de l’année dernière.

Au niveau de la circulation ferroviaire, on compte actuellement une moyenne de 10.000 passagers/jour transitant par la gare de Monaco contre une moyenne de 25.000 à pareille époque en 2019.

 

"Depuis le confinement, nous avons rarement 100.000 véhicules jour (50.000 entrants et 50.000 sortants), ce qui était la norme avant la crise sanitaire, explique Jean-Luc Puyo, directeur de la Direction de l’Aménagement Urbain (DAU). Nous sommes actuellement au même niveau de circulation qu’au mois de juin. En plein confinement, nous n’avions même pas 20.000 mouvements. Au plus bas du trafic, nous avons eu 3.000 entrants et 3.000 sortants."

Le point de bascule à 92.000 véhicules

Résultat : il n’y a plus de bouchons en Principauté.

"Nous avons pu mesurer un point de bascule à partir de 92.000 véhicules entrants/sortants. Au-delà ce nombre, il commence à y avoir de la gêne dans la circulation."

Alors, cette circulation en diminution est évidemment bonne pour l’environnement. Et quand les politiques s’interrogeaient depuis des années sur la dégradation de la qualité de vie du fait des bouchons et de la pollution des véhicules sans trouver réellement de solutions efficientes, le coronavirus aura manifestement eu ses effets positifs.

 

Si le CTTR (Chômage Total Temporaire Renforcé) se poursuit quoique dans une moindre mesure, c’est du côté du télétravail qu’il faut voir l’explication à ce trafic soudain ralenti (le tourisme étant très creux en novembre).

De 1.000 à 10.000 télétravailleurs

Possible depuis 2016 (*) uniquement, le travail à domicile a eu un succès très progressif.

D’abord mis en place dans les secteurs de la communication, du shipping et du pétrole, le télétravail touche dorénavant tous les secteurs.

"Depuis deux ans, le nombre de télétravailleurs a augmenté, afin de permettre de pallier les difficultés de transport mais aussi dans une démarche de transition écologique. À ce jour, plus de 1.000 salariés bénéficient du statut de télétravailleur régulier, le télétravail ponctuel n’étant pas possible du fait de notre législation et des accords avec les pays voisins", explique le gouvernement.

 

Mais en mars, le principe a dû être assoupli par décision ministérielle, dès le 12 mars 2020, en accord avec les autorités françaises et italiennes, pour remédier à la nécessité de la crise sanitaire.

"Durant le premier confinement, un nombre important de salariés ont pu bénéficier du travail à distance avec plus de 10.000 personnes, sur près de 1.000 sociétés", poursuit le gouvernement.

En quelques jours, le nombre de télétravailleurs a été multiplié par dix ! Cette facilité est possible jusqu’au 31 décembre 2020.

Voici une décision sur laquelle France et Monaco sont parfaitement en phase. Si le confinement en France doit connaître des assouplissements début décembre, le pays voisin entend encourager la poursuite du télétravail au moins jusqu’aux vacances de Noël.


* Loi n° 1.429 du 4 juillet 2016 relative au télétravail ainsi que la signature de l’avenant n°6 à la convention de sécurité sociale franco-monégasque.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.