“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Nous faisons corps jusqu'à ne faire plus qu'un

Mis à jour le 24/02/2018 à 05:08 Publié le 24/02/2018 à 05:08
Christophe et Guillaume s'entraîne pour réussir les épreuves du triathlon en moins de 16 heures...

Christophe et Guillaume s'entraîne pour réussir les épreuves du triathlon en moins de 16 heures... Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Nous faisons corps jusqu'à ne faire plus qu'un

Guillaume, paraplégique, et son ami Christophe ont décidé de se lancer dans l'Ironman 2019. Un défi pour les deux hommes qui se sont rencontrés à la dernière No Finish Line

Quand on est sportif dans l'âme, on le reste. » Guillaume Battaglini, 30 ans, a perdu l'usage de ses jambes il y a sept ans à la suite d'un accident où son scooter et un autre deux-roues se sont violemment percutés sur la route de Laghet. « Ce jour-là, j'ai tout perdu. J'avais un métier, je faisais du sport, j'élaborais des projets. Quand je me suis réveillé du coma, j'ai compris. J'ai dû remonter le moral à toute la famille. J'ai appris à vivre seul. Ce fut le début d'une seconde vie. »

Aujourd'hui, Guillaume, Français, menuisier de formation, est sans emploi, réside aux Jardins d'Apolline et bientôt à L'Engelin. Il parle peu mais n'en est pas moins déterminé. « C'est un défi fou que nous nous sommes lancé, avec Christophe Cornu, triathlète amateur, en décidant de nous préparer pour l'Ironman 2019. Un triathlon qui enchaînera 3 800 m de nage, 180 km de vélo et 42 km de course ; et ce en moins de seize heures… »

Un défi fou ou plutôt l'aboutissement d'une belle amitié qui se construit au travers du sport. « J'ai toujours fait en sorte de me dépasser, explique Guillaume. Alors, tous les deux, nous essayons d'apprendre à nous connaître. On essaie de faire qu'une personne. »

Ne faire qu'un, à deux : c'est la belle aventure de Guillaume et Christophe qui veulent unir leurs forces, mentales et physiques, et prouver à tous que tout est possible dès lors que l'envie et la volonté sont partagées.

« Ensemble, avec ou sans handicap, on peut bouger, on peut avancer. » C'est le message de Christophe et bientôt l'objectif de l'association dont il s'apprête à déposer les statuts. Elle s'appellera Addict endurance. « Notre message : bougez-vous, valide et invalide. On veut, par notre association, faire se rencontrer les valides et les invalides. »

Force mentale

Les deux hommes se sont rencontrés à la No Finish Line de fin 2017. « J'ai parlé avec Guillaume, explique Christophe. Il avait effectué plus de kilomètres que moi à la seule force de ses bras. Au fond de moi, je me suis dit : "Il est sur mon chemin". » Christophe, salarié chez Carrefour depuis cinq ans, avait décidé de partager sa semaine entre son travail et la course monégasque. « J'ai alors décidé de faire un tour seul et un tour en poussant Guillaume. » L'aventure naissait. Ils ne le savaient l'un et l'autre pas encore…

« A deux, on est plus fort »

« J'ai vu ce que Guillaume était capable de faire mentalement. » Lui, Mentonnais, qui se rend au travail à pied ou à vélo, a été impressionné par la force du jeune handicapé. « À deux, on est plus fort. J'ai remarqué que courir avec Guillaume m'oblige à épouser son corps, à ne faire qu'un. Il faut certes une adaptation. Mais Guillaume est là aussi pour m'aider. Cet entraînement est en train de nous unir. »

Mais les efforts se font, pour l'heure, avec les moyens du bord. « Nous courons ensemble avec le vieux fauteuil de Guillaume dont le dossier et les poignées sont plus hauts. » Sur Facebook, les deux amis ont ouvert une cagnotte pour les aider à acheter un tandem. Un investissement de 6 700 euros… Il faudra financer également un bateau pneumatique pour l'épreuve à la nage.

Mais ils ont encore du temps devant eux. Alors, d'ici 2019, ils comptent fédérer un maximum de bénévoles, de triathlètes, valides ou non, pour montrer que « quand on veut, on peut ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.