“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS - 26 Carré Or, nouvelle adresse du luxe au cœur de Monte-Carlo

Mis à jour le 16/04/2019 à 13:00 Publié le 16/04/2019 à 12:55
En construction à l’angle des avenues de la Costa et Princesse-Alice, la tour étroite et effilée qui attire l’œil doit être livrée en décembre prochain.

En construction à l’angle des avenues de la Costa et Princesse-Alice, la tour étroite et effilée qui attire l’œil doit être livrée en décembre prochain. Photo Jean-François Ottonello

PHOTOS - 26 Carré Or, nouvelle adresse du luxe au cœur de Monte-Carlo

La tour de 19 étages, en cours de construction par le groupe Segond Immobilier à Monte-Carlo avec un décor signé par le cabinet monégasque Humbert & Poyet, veut être la plus chic du pays

Dans leur dossier de présentation, le groupe Segond Immobilier - promoteur du projet - parle d’une "résidence absolue", en assurant "qu’on ne peut pas faire mieux". Le pari est osé au cœur du Carré d’Or monégasque, à l’heure où Monte-Carlo amorce son virage et les nouveaux ensembles qui bordent la place du Casino s’achèvent.

À l’angle des avenues de La Costa et Princesse-Alice, la tour de dix-neuf étages coiffée d’un toit-terrasse, en cours de travaux, relèvera le pari à sa livraison, en fin d’année 2019, d’être l’adresse la plus chic de Monaco. Son nom ? "26 Carré Or". Presque comme celui d’un agent secret, qui saurait allier le chic et la discrétion. Et l’ingéniosité !

Car il faut dire que la parcelle foncière dédiée au programme était relativement étroite pour ériger un bâtiment. L’architecte Alexandre Giraldi a eu la repartie d’en tirer le bénéfice maximum avec cet immeuble effilé, tout en verre, qui, en perspective, donnerait l’impression d’un Flatiron monégasque.

Le profil est le seul lien de parenté avec le building de style Beaux-Arts de Manhattan. Le 26 Carré Or, aux lignes extérieures résolument contemporaines, distille à l’intérieur un esprit Art Déco, inspiré par le cabinet monégasque Humbert & Poyet qui signe la décoration totale de l’immeuble.

Haute couture

Un immeuble haute couture, sur-mesure, réservé à une clientèle privilégiée, qui compte seulement neuf appartements. Étonnant dans une Principauté où le moindre mètre carré est denrée rare. Certains biens seront proposés à la location. D’autres à la vente.

Au niveau de la rue, la résidence abritera l’enseigne Bottega Veneta et des bureaux dans les premiers étages. Puis, du 4e au 7e étage, quatre appartements "simplex", sur un niveau de 400 mètres carrés chacun dont 140 mètres carrés de surfaces extérieures. Du 8e au 15e étage, quatre appartements duplex de 820 mètres carrés, dont 280 mètres carrés de terrasses. Et enfin, un singulier penthouse sur les quatre derniers niveaux (lire ci-dessous).

La position dominante, en haut des Jardins des Boulingrins, offre une vue plongeante dès les premiers niveaux aux appartements, à l’Est comme à l’Ouest. Mais le panorama ne suffisait pas à donner du caractère au lieu.

Le groupe Segond a confié sa pépite aux architectes d’intérieur Christophe Poyet et Emil Humbert pour lui trouver une âme et du relief. Ce sont eux qui ont imaginé toutes les ambiances de la résidence. Du hall monumental au spa avec piscine de 13 mètres de long, réservée aux seuls résidents.

Et bien sûr, l’intérieur de tous les appartements. Ils ont tout dessiné ou presque. Les portes, les corniches, les luminaires. Donnant à ce projet les repères de leurs matériaux fétiches : le laiton utilisé en surabondance pour sa luminosité et son chic.

 

Dans l’appartement témoin, les jeux graphiques avec le marbre et le mobilier intégré - dessiné sur-mesure - donne l’esprit qu’aura chaque appartement.
Dans l’appartement témoin, les jeux graphiques avec le marbre et le mobilier intégré - dessiné sur-mesure - donne l’esprit qu’aura chaque appartement. Photo Jean-François Ottonello

Marbre omniprésent

Et le marbre, en jeux de symétries, omniprésent. Du sol à l’équipement entier des salles de bains. En passant par d’élégants placages sur les murs de certains espaces. C’est le matériau phare, entièrement importé de Carrare, de la résidence.

Leur leitmotiv ? Cacher la technique. Dans l’appartement témoin déjà achevé, on ne voit rien ou presque des équipements de l’appartement. Toute la domotique a été dissimulée. Les archi’ s’y sont attelés. Seule technique apparente, les portes de l’ascenseur qui arrive directement dans chaque appartement.

Le diable se cachant dans les détails, ils n’ont pas été oubliés. Exemple ? Les parkings déjà achevés, eux aussi sont un espace soigné. Depuis la rue, un ascenseur - assez large pour accueillir une Rolls-Royce - descend les véhicules jusqu’aux niveaux de stationnement. Pas de gris béton et d’atmosphère glauque. Les motifs blancs et noirs sur les murs reprennent ceux des sols dans les parties nobles de la résidence. Motifs mariés à des panneaux couleurs laiton ajourés qui donnent au parking une ambiance de bar lounge. Un endroit où il fait déjà bon vivre…

Dans les salles de bains, le marbre importé directement de Carrare se décline dans diverses couleurs, de l’onyx au gris perle.
Dans les salles de bains, le marbre importé directement de Carrare se décline dans diverses couleurs, de l’onyx au gris perle. Photo Jean-François Ottonello
Depuis la future piscine, sur le toit de l'immeuble, la vue est unique.
Depuis la future piscine, sur le toit de l'immeuble, la vue est unique. Photo Jean-François Ottonello

Un penthouse
sur quatre niveaux
entre ciel et mer

La porte n’est pas encore installée, les murs sont à l’état brut, le marbre même pas poli, les câbles encore visibles, mais la visite commence par un : "bienvenue dans l’appartement le plus luxueux de Monaco". L’accroche peut paraître présomptueuse. Pourtant, la situation géographique alliée aux proportions confortables et aux équipements high-tech en font un bien singulier dans l’immobilier monégasque.

Singulier par la taille d’abord : 1 650 mètres carrés pour celui ou celle qui voudra l’acquérir.

À 53 000 euros le mètre carré, prix moyen constaté de l’immobilier en Principauté, la multiplication est vite faite pour estimer que ce bien - au prix de vente tenu secret - pourrait atteindre un tarif stratosphérique.

séjour cathédrale
et bar en albâtre

En cours d’aménagement intérieur, l’appartement penthouse sur le toit de l’immeuble couvre quatre niveaux, du 16e au 19e étage. Les trois premiers niveaux abritent les pièces à vivre. Le dernier étage est une spectaculaire terrasse de 400 mètres carrés où la vue épouse toute la baie monégasque, du Cap Martin au Palais princier. Clou du spectacle, une piscine de 55 mètres carrés à débordement permet de nager entre ciel et mer sans entendre ou presque l’humeur du quartier.

L’appartement, lui, n’est pas en reste de sophistication. Le séjour cathédrale, sur un double niveau, affiche une hauteur sous plafond de six mètres, vitré sur trois faces comme le pont d’un bateau. Cette configuration, pensée par l’architecte Alexandre Giraldi, donne à tout l’immeuble cette originalité. Les quatre faces du bâtiment sont composées de baies vitrées - toutes coulissantes automatiquement - qui laissent la lumière naturelle envahir l’espace.

Et l’effet est encore plus fort au 17e étage dans ce séjour cathédrale où un bar en albâtre devrait délimiter un coin convivial. Une mezzanine et une salle de projection en étage complètent la pièce à vivre qui s’achève sur un long couloir vers une salle à manger et une cuisine cossue.

Le bien compte cinq chambres avec dressing et salles de bains. Et une majestueuse chambre de maître avec vue panoramique sur le Rocher, que l’on pourra admirer depuis une baignoire creusée dans un bloc de marbre. Ou préférer un bon film via les miroirs dans toutes les salles de bains de l’immeuble, avec télévision intégrée.

Dans les salles de bains, le marbre importé directement de Carrare se décline dans diverses couleurs, de l’onyx au gris perle.
Dans les salles de bains, le marbre importé directement de Carrare se décline dans diverses couleurs, de l’onyx au gris perle. Photo Jean-François Ottonello
Les niveaux du parking de l'immeuble n'ont pas échappé à l'esprit déco.
Les niveaux du parking de l'immeuble n'ont pas échappé à l'esprit déco. Photo Jean-François Ottonello
Le salon du penthouse, toujours à l'état brut, aura une hauteur sous plafond de six mètres.
Le salon du penthouse, toujours à l'état brut, aura une hauteur sous plafond de six mètres. Photo Jean-François Ottonello
Dans chaque détail, Christophe Poyet et Emil Humbert ont mis leur patte, ici dans une chambre.
Dans chaque détail, Christophe Poyet et Emil Humbert ont mis leur patte, ici dans une chambre. Photo Jean-François Ottonello
Photo Jean-François Ottonello
Photo Jean-François Ottonello

Poyet-Humbert, tandem du style

Ils ont commencé à travailler en 2013 sur ce projet. "Notre satisfaction est de voir que six ans plus tard, la réalisation est quasi identique aux dessins et maquettes que nous avions réalisés à l’époque".

Christophe Poyet et Emil Humbert n’en sont pas à leur coup d’essai en la matière. Le tandem, avec leur agence monégasque éponyme, s’est taillé en une décennie une place reconnue dans l’univers de l’architecture d’intérieur. Le magazine de référence AD les a d’ailleurs, à nouveau cette année, élus parmi les 100 meilleurs décorateurs au monde.

Réinventer les codes du luxe à Monte-Carlo


Pour ce projet du 26 Carré Or – leur premier projet total d’immeuble – ils ont eu carte blanche ou presque. "On nous a laissés assez libre dans le style à donner à cet immeuble", expliquent-ils, "l’important était de proposer du haut de gamme, en réinventant les codes contemporains du luxe à Monte-Carlo".

D’où la touche Art Déco dans l’esprit qui donne aussi un air des années d’or de la Riviera française. Et qui se marie avec le style qu’ils ont développé qui fait la part belle au marbre et aux matériaux nobles.


Une patte qu’ils ont notamment distillée dans les restaurants Beef Bar dont ils signent le décor dans le monde entier. Mais aussi à l’hôtel Hoxton à Paris, l’une de leurs réalisations majeures des dernières années. À Monaco, ils viennent d’achever le relooking du restaurant "La Salière", sur le port de Fontvieille. Hors des frontières, les architectes mettent la touche finale à un domaine viticole qui ouvrira à l’été à Saint-Tropez. Des clients leur ont également commandé des résidences : une maison de 1 800 mètres carrés à Doha, une autre à Tel Aviv. Dernière signature en date ? Un hôtel de 400 chambres et 5 restaurants en Corée du Sud.

Christophe Poyet et Emil Humbert ont entièrement pensé l'esprit et la décoration des lieux.
Christophe Poyet et Emil Humbert ont entièrement pensé l'esprit et la décoration des lieux. Photo Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.