“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez quelles sont les villes azuréennes qui respectent mal la loi SRU selon la Fondation Abbé Pierre

Mis à jour le 11/01/2018 à 09:38 Publié le 11/01/2018 à 09:25
Le Cannet figure parmi les mauvais élèves de la loi SRU sur la Côte d'Azur.

Le Cannet figure parmi les mauvais élèves de la loi SRU sur la Côte d'Azur. Isabelle Varitto

Découvrez quelles sont les villes azuréennes qui respectent mal la loi SRU selon la Fondation Abbé Pierre

La Fondation vient de publier son rapport triennal. Si la loi SRU fonctionne de mieux en mieux pour accroître le parc de logements sociaux, quelques villes azuréennes continuent à traîner des pieds...

La loi SRU de 2000 impose aux communes de plus de 3500 habitants (1500 en Île-de-France) de disposer d'ici à 2025 de 20% de logements sociaux, un taux relevé à 25% en 2014, excepté pour des communes dont la situation locale ne justifie pas ce renforcement.

 "Le taux de réalisation des objectifs est chaque année supérieur à 100%", se félicite la Fondation Abbé Pierre dans son rapport triennal 2014-2016 qu'elle vient de rendre public. Pour autant, ce bilan masque d'importantes disparités: "de nombreuses communes dépassent leurs objectifs tandis que d'autres sont loin d'y parvenir. 528, soit 45 % d'entre elles, n'ont pas atteint leur objectif quantitatif triennal." 

Cannes et Nice pointées du doigt

Sans surprise les mauvais élèves de cette loi se situent dans les régions Ile-de-France et Provence Alpes Côte d'Azur où le bilan est particulièrement désolant pour la région avec un taux de communes en état d’être carencées de 77 %...

Ainsi sur la Côte d'Azur, la Fondation Abbé Pierre pointe du doigt parmi les petites communes celles de  Levens, Tourrette-Levens et Pégomas respectivement créditées en 2016 d'un taux de logements sociaux de 5%, 3% et 5% et d'un taux d'atteinte de l'objectif triennal de -3%, -2% et 0%. Les taux négatifs s'expliquant par la démolition de logements sociaux ou leur déconventionnement.

Concernant les grandes villes, Cannes, Saint-Raphaël, Le Cannet ou Nice ne parviennent toujours pas à respecter les obligations de la loi SRU, certes dans des secteurs immobiliers très tendus. Ces quatre communes disposent d'un taux de logements sociaux de 17%, 9%, 8% et 13%, soit en desoous des 25% requis, et leur taux d'atteinte de l'objectif triennal 2014-2016 n'est que de respectivement 9%, 16%, 17% et 36%.


La suite du direct