“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Crédit immobilier: bonne nouvelle pour les emprunteurs au troisième trimestre

Mis à jour le 06/07/2020 à 18:44 Publié le 08/07/2020 à 15:00
Pas de changement pour les emprunts dont la durée oscille entre dix et vingt ans. Au troisième trimestre, le taux d’usure reste fixé à 2,40%. Et pour les durées plus courtes, il recule de 2,41% à 2,39%.

Pas de changement pour les emprunts dont la durée oscille entre dix et vingt ans. Au troisième trimestre, le taux d’usure reste fixé à 2,40%. Et pour les durées plus courtes, il recule de 2,41% à 2,39%. Photo Pexels

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Crédit immobilier: bonne nouvelle pour les emprunteurs au troisième trimestre

La Banque de France a décidé de rehausser les taux d’usure pour les crédits immobiliers accordés au 3e trimestre 2020. Cette évolution devrait encore inciter les ménages à se projeter et favoriser l’accord de prêts immobiliers.

Ouf de soulagement pour les professionnels de l’immobilier comme pour les ménages qui étaient pénalisés par les baisses successives des taux d’usure depuis plusieurs mois.

Établi par la Banque de France, le taux d’usure correspond au taux maximum que tous les prêteurs sont autorisés à pratiquer lorsqu’ils accordent un crédit.

L’objectif de ce plafond: éviter le surendettement des ménages et protéger l’emprunteur d’éventuels abus.

Depuis le 1er juillet, le taux d’usure au-delà duquel une banque n’a pas le droit d’accorder un prêt immobilier culmine à 2,57% pour les prêts de 20 ans et plus, contre 2,51% au deuxième trimestre.

Crédit pour tous ?

Alors que la part des dossiers refusés a grimpé à 9,8% fin juin 2020, contre 6,6% à fin mai, cette décision de la Banque de France pourrait finalement permettre à de nombreux ménages modestes qui craignaient d’être exclus du marché d’obtenir malgré tout un prêt immobilier dans ce contexte.

Même si les taux moyens des crédits immobiliers s’établissent autour de 1,40% sur 20 ans, ils peuvent néanmoins grimper jusqu’à 1,85% en fonction des profils, soit un taux annuel effectif global qui peut largement excéder les 2,57%, en incluant donc le taux nominal mais aussi les frais de dossier, frais de courtage, coût d’assurance, garanties obligatoires, surprimes éventuelles…

"Un véritable affolement"

"Dès la fin du confinement, on a vu se présenter des profils extrêmement variés avec des projets d’investissements immobiliers. On ressent un véritable affolement du marché", sourit Marc Wyler, gérant associé d’Artemis Courtage Côte d’Azur, l’un des principaux réseaux de cabinets de courtage en prêt immobilier.

"Il est clair que la crise sanitaire a renforcé la valeur refuge que constitue la pierre et l’accès à la propriété redevient un objectif prioritaire pour les Français. En particulier de jeunes ménages qui reconsidèrent l’habitat comme un facteur central de la qualité de vie", ajoute le spécialiste azuréen du crédit immobilier.

Même si la hausse des taux d’usure, réclamée depuis plusieurs semaines par les professionnels, concerne uniquement les prêts de vingt ans et plus, cette évolution devrait encore davantage inciter les ménages à se projeter et favoriser l’accord de prêts immobiliers.

Pour les emprunts dont la durée oscille entre dix et vingt ans, rien ne change. Au troisième trimestre, le taux d’usure reste fixé à 2,40%. Et pour les durées plus courtes, il recule de 0,02%, passant ainsi de 2,41 % à 2,39%.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.