Rubriques




Se connecter à

Est-il vrai, comme l'affirme Eric Ciotti qu"il est rentré pas loin de 450.000 étrangers en situation légale" en 2019 en France?

La rédaction Publié le 13/09/2021 à 18:28, mis à jour le 13/09/2021 à 18:30
L'OFII, l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration Cyril Dodergny/Nice Matin

Question de Dominique

Est-il vrai, comme l'affirme Eric Ciotti qu"il est rentré pas loin de 450.000 étrangers en situation légale" en 2019 en France?

Bonjour Dominique, 

Vous faites très certainement référence à l'interview d'Eric Ciotti, sur France Bleu Azur, ce lundi matin. Le candidat à la primaire de droite et député des Alpes-Maritimes a affirmé qu'en 2019, en France, "il est rentré pas loin de 450.000 étrangers en situation légale, dans notre pays". 

En détaillant les chiffres, Eric Ciotti évoque "276.000 titres de séjours, on y rajoute 130.000 demandeurs d'asile, vous rajoutez les 40.000 mineurs isolés, ça veut qu'il est rentré pas loin de 450.000 étrangers en situation légale", pour l'année 2019.

Mais qu'en est-il vraiment? Eric Ciotti est-il loin de la réalité? 

 

277.406 titres de séjours accordés 

Pour le ministère de l'Intérieur, en 2019, 277.406 titres de séjours ont été accordés. Les motifs sont économiques, familiaux, étudiants, divers ou encore humanitaires. Nous avons d'ailleurs compilé les chiffres du ministère de l'Intérieur dans un tableau, pour y voir plus clair. 

Des chiffres qui diffèrent pour les demandes d'asile 

Pour ce qui est des demandes d'asile, en 2019, les chiffres diffèrent et c'est un peu compliqué. Ainsi, on compte 177.822 demandes d’asile qui ont été adressées à la France, selon les chiffres diffusés sur le site Viepublique

Pour le ministère de l'Intérieur, on dénombre 138.420 premières demandes (dont 105.904 majeurs) et 12.863 réexamens.

L'OFPRA elle, évoque le chiffre de 132.826 demandes de protection sur le territoire. Un chiffre qui se décompose ainsi: 328 demandes de statut d’apatride, 101.513 premières demandes d’asile (hors mineurs), 21.841 premières demandes de mineurs accompagnants, 8.904 demandes de réexamen et 240 réouvertures de dossiers clos. 

 

Comment expliquer une telle différence? Une note du ministère de l'Intérieur le précise: "la source Ofpra a comme principale limite de ne pas comptabiliser les demandes d’asile sous procédure Dublin".

Quant à la Cimade, elle détaille précisément ces différences: l’OFPRA comptabilise les demandes des réinstallés, les réexamens et les demandes des "Dublinés" arrivés au terme de la procédure et qui peuvent introduire une demande OFPRA (les "requalifiés").  La réinstallation est l'un des mécanismes qui permet aux réfugiés d’accéder de manière légale au territoire de l’Union européenne. Il s'agit d'une sélection et de transfert d’un pays où ils ont cherché asile vers un autre pays qui a donné son accord pour leur octroyer un droit de résidence permanente.

À partir de ces chiffres, Beauvau transmet ces données à Eurostat, sans les demandes de réinstallés et les mineurs non-accompagnés. 

L’OFII et le ministère de l’intérieur publient quant à eux, "le nombre de premières demandes enregistrées ainsi que le nombre de demandes enregistrées les années précédentes comme Dublinées".

Dans les faits, en 2019, selon Eurostat, 126.270 demandes d'asile ont été effectuées en incluant les mineurs non accompagnés et les réinstallations.

 

L'Ofpra elle, compte 123.354 et le ministère de l'Intérieur en a dénombré 138.420 premières demandes d’asile, mineurs compris.

Au total, selon le ministère, 177. 822 demandes ont été introduites en France dont 141.501 relevait de l'OFPRA et donc 36.421 étaient "Dublinées" à la fin de l’année.

40.000 mineurs isolés? Une estimation 

Le nombre de mineurs isolés est lui, difficile à évaluer. L'Association des départements de France estimait dans un rapport intitulé "Mineurs non-accompagnés: répondre à l'urgence qui s'installe", à 40.000 le nombre de mineurs non-accompagnés fin 2018 (dont 10.000 jeunes en accueil provisoire). Reste que ces chiffres sont une estimation.

La Cour des Comptes estimait dans un avis que ce sujet présentait "une absence de statistique et de connaissance des jeunes concernés" et que "la construction d’un outil statistique national constitue donc une priorité, de même que le développement des études en vue d’une meilleure compréhension de ce public". 

En conclusion, les chiffres énoncés par Eric Ciotti ne sont pas loin de la réalité, même si comme nous vous l'expliquions, les données concernant les mineurs isolées ne sont qu'une estimation. 

 
Posez votre question à la rédaction
Grands projets, enjeux locaux, coronavirus, travaux, politique, économie…
Posez toutes vos questions à nos journalistes. Et retrouvez leurs réponses dans la rubrique dédiée

Nos dernières réponses à vos questions

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.