INTERVIEW. Inès Reg : "Je suis une grande amoureuse de la scène"

Avec "Hors normes", son dernier spectacle, la jeune humoriste s’interroge sur les choses de la vie et répond, à sa manière, aux questions que l’on se pose. On pourra la voir à plusieurs reprises

Article réservé aux abonnés
Karine Michel Publié le 02/04/2022 à 13:00, mis à jour le 08/04/2022 à 18:28
DR

Inès Reg va bien. Si une déchirure musculaire l’a contrainte à reporter quelques dates ces derniers jours, elle sera bien sur scène dimanche soir, au Palais Acropolis à Nice, pour présenter son nouveau spectacle, Hors normes. "ça va le faire", affirme la jeune femme, qui compte sur "l’énergie du public, l’adrénaline qu’on a sur scène" pour lui faire oublier cette déchirure.

Si le spectacle affiche complet, elle revient le 24 mai à La Palestre au Cannet et sera aussi au Dôme de Marseille et au Palais Nikaïa à Nice les 3 et 4 février 2023…

Et promet même de revenir encore et encore, elle qui, après Fréjus l’an dernier, découvre peu à peu la région.

Dix ans déjà que vous nous faites rire. Peut-on encore s’autoriser à rire de tout par les temps qui courent ?

 

C’est le débat que j’avais avec des amis il y a quelques jours. Je pense que oui, cela dépend de quelle bouche sort la blague (elle rit). Je crois qu’une fois que l’on a attrapé son public, on peut l’emmener où on veut.

Il y a des choses que vous ne vous autorisez pas?

Les sujets qui peuvent être clivants. Pour moi, c’est important que pendant une heure et demie ou deux heures de spectacle, on soit comme une famille ou une bande d’amis, et que l’on rigole ensemble.

Je le dis dès le début du spectacle d’ailleurs: ‘‘Ce soir on est dans une bulle, on oublie tous les sujets qui nous embêtent, les factures, le Covid, et même Poutine’’.

Vous avez été révélée par les réseaux sociaux. Quel rapport entretenez-vous avec eux?

 

En fait, mon premier coup de projecteur c’est vraiment le Marrakech du rire. Les réseaux sont arrivés après. Et à ce sujet, je me suis toujours donnée pour règle de montrer les choses quand je les trouve intéressantes. Le téléphone n’est pas greffé à ma main, je ne montre pas ce que je mange le midi ou le soir. Je partage quand je sais que cela va faire rire mes "follolo", mais ce n’est pas une obligation pour moi. Je ne me sens pas obligée de publier des stories, ou autres, je ne le fais que lorsque cela apporte du kif à mon public.

Où trouvez-vous l’inspiration?

Dans la vraie vie justement. Pas celle des réseaux sociaux, pas celle que l’on veut nous montrer. La vraie vie que tout le monde connaît. J’aime quand mon public se tape dans le coude en disant: ‘‘Waouh tu as vu, c’est comme moi.’’ ou ‘‘Je t’avais dit la même chose.’’ J’ai envie qu’on se reconnaisse dans mon spectacle. C’est le pari que je veux relever.

La série Drôle, sur Netflix, parle de l’univers du stand up. L’avez-vous vu et qu’en avez-vous pensé?

Je l’ai regardé en effet. J’ai beaucoup aimé, des choses m’ont parlé justement. J’ai reconnu des situations. C’est très réaliste sur beaucoup de points.

Côté cinéma, un deuxième film est-il en préparation?

J’avoue que je reste une grande amoureuse de la scène. Si prochain film il y a, je serai très heureuse mais s’il n’y en a pas... La scène me suffit amplement. Mais c’est vrai que Kevin se penche sur le sujet.

 

On en déduit donc que Kevin met toujours des paillettes dans votre vie?

Mais oui (elle rit). Et il en mettra pour toujours, il est obligé il n’a pas le choix. Vous pouvez l’écrire en gras!

Après un concert d’Orelsan, vous avez déclaré sur les réseaux: ‘‘L’art a la force de nous divertir tout en faisant réfléchir d’une façon ou d’une autre’’...

Je le pense depuis toujours et en voyant ce concert cela m’a encore plus frappé. J’ai à cœur de le faire à mon niveau avec mon spectacle. Ça fait un bien fou quand on voit 15.000 personnes danser sur cette musique qui dit tellement de choses, cela me donne foi en notre avenir. Cela me donne de la force et m’encourage à continuer. Je me dis que chacun à son niveau peut contribuer à construire un monde meilleur. C’est utopiste mais c’est tellement vrai.

Qu’est-ce que vous aimeriez que l’on pense en sortant de votre spectacle justement?

Je veux juste que les gens se sentent heureux, légers… Qu’ils aient la force de reprendre le chemin du travail le lendemain, de continuer cette vie qui peut être difficile certains jours.

Inès Reg en spectacle avec Hors normes.

 

> Dimanche 3 avril. Palais Acropolis, à Nice. Complet.

> Lundi 4 avril. Le Dôme, à Marseille. Complet.

> Jeudi 14 avril à Cannes, Big Perf à Cannes, au Palais des Festivals.

> Dimanche 24 mai. La Palestre, au Cannet.

> 3 février 2023. Le Dôme, à Marseille

> 4 février 2023. Palais Nikaia, à Nice.

Locations dans les points de vente habituels.

Bientôt dans Pékin Express

Bientôt dans Pékin Express, Inès Reg sera, en binôme avec sa sœur, parmi les candidats de la prochaine saison people de Pékin Express.

 

"Rassurez-vous, on se parle toujours ! (Elle éclate de rire) Ma sœur est l’amour de ma vie. Vous savez, c’est à elle que je dois mes débuts… C’était son rêve de faire Pékin Express, elle a toujours aimé ce programme. Quand on m’a proposé d’y participer, emmener ma sœur était une évidence. D’ailleurs, elle avait déjà envoyé sa candidature."

Qu’est ce qui aura été le plus dur pendant cette émission ? "Tout ! On ne se rend même pas compte de la difficulté de ce programme ! Il faisait une chaleur comme ce n’est pas permis, on court à travers tout le pays, c’est l’expérience la plus dure et la plus magnifique de ma vie. On est pris par le jeu, on rencontre tellement de gens... Quand c’est dur, on pense à abandonner et, en fait, on veut arriver au bout. » L’aventure nourrira sans doute un prochain spectacle dit-elle, mais d’ici là, "avec ma sœur, on a tellement hâte que cela soit diffusé pour revivre l’aventure". "Je veux juste que les gens se sentent heureux, légers."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.