“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La princesse Charlène engagée contre le braconnage des rhinocéros

Mis à jour le 19/05/2021 à 16:28 Publié le 19/05/2021 à 16:06
L’épouse du souverain a publié ce jeudi matin, ce cliché engagé sur les réseaux sociaux.

L’épouse du souverain a publié ce jeudi matin, ce cliché engagé sur les réseaux sociaux. Photo Instagram HSH Princess Charlene

Monaco-matin, source d'infos de qualité

La princesse Charlène engagée contre le braconnage des rhinocéros

C’est une image choc signée par le photographe animalier Christian Sperka. On y voit la princesse Charlène, les yeux clos, penchée vers un rhinocéros visiblement mal en point, le museau bandé et l’oreille en sang. Un texte en anglais, accompagne l’image disant: "merci à vous de ne pas nous oublier".

En publiant ce mercredi cette photo sur son compte Instagram, la princesse Charlène marque son engagement dans la lutte contre le braconnage des rhinocéros. Un fléau qui touche sa terre d’enfance, l’Afrique du Sud, qui abrite 80% de la population de rhinocéros sur la planète.

Si un des effets positifs de la pandémie a été de réduire le nombre d’animaux mutilés ou barbarisés, les rhinocéros demeurent en danger. Selon WWF, "aujourd’hui, 4 des 5 espèces de rhinocéros sont vulnérables ou en danger critique d’extinction. Leurs cornes, désormais plus prisées que l’or ou la cocaïne, sont leur malédiction".

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.