Rubriques




Se connecter à

La Croix-Rouge monégasque verse 50 000 euros pour venir en aide à Haïti après le séisme

Le 14 août dernier, l'île d'Haïti été frappée d'un séisme meurtrier, de magnitude 7,2. Ce mercredi, 2.207 décès été recensés et 600.000 personnes dans le besoin d'une assistance d'urgence. La Croix-Rouge monégasque a décidé d'agir.

Cedric Verany Publié le 24/08/2021 à 17:52, mis à jour le 24/08/2021 à 17:52
Épaulée par ses structures sœurs du monde entier, la Croix-Rouge haïtienne est à pied d’œuvre depuis le séisme dévastateur du 14 août dernier. Photo FICR

C’est une démonstration de solidarité. En réponse au violent séisme de magnitude 7,2 qui a frappé l’île d’Haïti le 14 août dernier, la Croix-Rouge monégasque a débloqué la somme de 50.000 euros en soutien à la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) qui vient en aide à la Croix-Rouge haïtienne.

600 000 personnes dans le besoin

Dix jours après le violent séisme, le rapport de la Protection civile dénombre 2.207 décès, plus de 12.200 blessés et 344 personnes disparues. Près de 600.000 personnes affectées par le tremblement de terre ont besoin d’une assistance d’urgence.

 

Les rapports préliminaires des volontaires de la Croix-Rouge haïtienne et du personnel de la FICR sur le terrain confirment que le séisme a causé de graves dommages aux infrastructures, notamment aux hôpitaux, en particulier à Jérémie et aux Cayes, sur la côte nord de la péninsule sud du pays.

Des répliques du séisme sont encore attendues. Un appel d’urgence de quelque 10 millions de francs suisses a été lancé afin de permettre à la FICR de venir en aide à la Croix-Rouge haïtienne (HRCS).

L’opération se concentrera sur les domaines suivants : abris, moyens de subsistance, besoins de base, santé, eau. Il est possible de faire un don via le site de la Croix-Rouge monégasque: www.croix-rouge.mc/faire-un-don

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.