Arrivée de la Côte d'Ivoire, Marie, 9 ans, sera opérée à cœur ouvert ce mercredi à Monaco

Arrivée de Côte d’Ivoire début novembre grâce au Monaco Collectif Humanitaire, Marie a été hospitalisée ce lundi au Centre Cardio-Thoracique. Son opération doit se dérouler ce mercredi.

Article réservé aux abonnés
Marie Cardona Publié le 29/11/2022 à 10:40, mis à jour le 29/11/2022 à 10:43
Marie, 9 ans, souffre d’une pathologie cardiaque en raison de laquelle elle doit subir une opération à cœur ouvert. Photo Jean-François Ottonello

Dans la chambre du 7e étage du Centre Cardio-Thoracique de Monaco (CCM), un grand sac à dos rouge attend Marie. À l’intérieur: un arc-en-ciel de feutres, un cahier de dinosaures à colorier, un mini-puzzle du Petit Prince… L’attirail complet pour dédramatiser l’arrivée d’une enfant de 9 ans à l’hôpital. "Marie n’a pas très bien dormi cette nuit", confie sa mère d’accueil, Habiba, qui confirme l’appréhension de la petite fille.

Une sortie prévue le 15 décembre

Souvenez-vous, le 10 novembre dernier, Monaco-Matin vous racontait l’arrivée de Marie et Sékou. Encore un peu groggy par le long voyage qu’ils venaient de parcourir depuis la Côte d’Ivoire, les deux enfants de 9 et 2 ans débarquaient à l’aéroport de Nice grâce à une incroyable chaîne du cœur.

La promesse d’une nouvelle vie rendue possible grâce à la mobilisation des membres du Monaco Collectif Humanitaire (le Monaco Collectif Humanitaire compte 16 ONG monégasques et trois associations françaises partenaires., ndlr).

Dans la chambre, des cadeaux pour permettre à Marie de dédramatiser son hospitalisation. Photo Jean-François Ottonello.

Lesquels, depuis 2008, ont permis à plus de 460 enfants issus du continent africain principalement, d’être opérés à Monaco de pathologies cardiaques non prises en charge dans leur pays.

Après une première hospitalisation de trois jours mi-novembre pour confirmer le diagnostic médical, Marie était de retour ce lundi au Centre Cardio-Thoracique en vue de son opération. "Marie est porteuse d’une pathologie cardiaque avec shunt. Il s’agit d’une communication entre deux structures cardiaques qui entraîne un mélange de sang. Dans le cas de Marie et Sékou, cela entraîne un excès de flux sanguin vers les poumons. Au quotidien, cela se traduit par de l’essoufflement et de la fatigue à l’effort, détaille le Pr Sylvie di Filippo. L’opération consistera à supprimer le shunt."

La cardiopédiatre pratiquera l’opération, ce mercredi, aux côtés du Dr Olivier Metton, chirurgien cardiaque pédiatrique, et du Dr Bruno Gostoli, anesthésiste.

Et après? Marie passera quelques jours en réanimation. "Deux à cinq jours, selon l’évolution", précise le Pr Sylvie di Filippo.

Si tout se passe bien, la petite fille pourra sortir de l’hôpital autour du 15 décembre. Sa convalescence devrait durer "environ un mois". Une période au terme de laquelle, Marie pourra partir rejoindre sa famille en Côte d’Ivoire. "Elle ne devrait plus nécessiter d’opération cardiaque."

Sékou a été opéré le 16 novembre dernier. Photo DR.

"Sékou va très bien"

Arrivé en même temps que Marie, le petit garçon de 2 ans a déjà bénéficié de son intervention. "Sékou était porteur d’une pathologie cardiaque avec shunt également", précise le Pr Sylvie di Filippo.

Mais le stade de sa pathologie, "moins avancé que celui de Marie", n’a pas nécessité d’opération à cœur ouvert.

"L’opération a été réalisée le 16 novembre. Elle a consisté à supprimer le shunt par une prothèse, par cathétérisme cardiaque avec une sonde en passant par les vaisseaux fémoraux." Sékou a pu sortir de l’hôpital deux jours après. "Il est de retour dans sa famille d’accueil. Les suites sont très favorables."

"Sékou va très très bien. Il est en pleine forme. Il est très facile et s’adapte à tout pourvu qu’il ait à manger, plaisante sa mère d’accueil, Marie-Laure, en nous transmettant des photos. Il lit, il réfléchit, il joue." Une visite de contrôle est prévue cette semaine au CCM. Il devrait bientôt pouvoir rentrer chez lui.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.