A Monaco, ils se mobilisent pour une maison caritative à Ternopil en Ukraine

Depuis une semaine, des bénévoles se relaient au niveau du MCCC pour réceptionner des dons en faveur des Ukrainiens. Hier, la collecte était destinée à des orphelins et mères célibataires.

Article réservé aux abonnés
Marie Cardona Publié le 05/03/2022 à 12:37, mis à jour le 05/03/2022 à 12:39
Depuis le lancement des collectes la semaine dernière, une centaine de personnes sont déjà venues déposer des dons à destination des Ukrainiens. D’autres rendez-vous sont prévus cette semaine. Photo Sébastien Botella

"Il n’est pas question de nationalité ici. J’aide face à l’injustice." Devant le fourgon blanc qui se remplit peu à peu, une résidente de la Principauté de nationalité russe est venue soutenir l’élan de solidarité monégasque en faveur de l’Ukraine.

À bord de son véhicule: 80 sacs de couchage et petits matelas, entre autres… "C’est incroyable. C’est tout ce qu’on a demandé", souffle, ébahie, Martine Ackermann, venue grossir les rangs des bénévoles.

80 personnes encore sur place

À ses côtés, Zoya Versace explique: "Mon ami, qui dirige une organisation humanitaire en Ukraine [l’International charitable foundation for the future, ndlr], m’avait fait part qu’une maison caritative située à Ternopil avait besoin d’aide. Cet endroit, qui s’appelle Dom miloserdiia, accueille des orphelins, des mères célibataires et des enfants avec des besoins spéciaux." "Ils ont déjà réussi à faire partir une centaine d’entre eux. Mais 80 personnes restent toujours sur place", poursuit l’Ukrainienne, originaire de Kiev.

Chargeurs portatifs, piles, tapis en mousse, sacs de couchage, plaids, couches, lait maternisé… la liste des besoins est longue. Et une bonne partie a pu être comblée hier. Les résidents de la Principauté et de ses alentours ont répondu à l’appel.

En une semaine, l’entrée du parking, en contrebas du Monte-Carlo Country Club, est ainsi devenue l’un des points centraux de la solidarité spontanée des Monégasques en faveur de l’Ukraine. Les voitures se succèdent. Déchargent leurs coffres et repartent.

 

Charge ensuite aux bénévoles de trier, conditionner les produits dans des cartons et tout ranger soigneusement dans le fourgon. "On écrit en ukrainien ce que contiennent les cartons, par souci d’efficacité une fois sur place", détaille Martine Ackermann. Puis les chauffeurs partent en direction de la frontière.

"On part à deux conducteurs. Comme ça, on peut faire les 1.800km non-stop", confie Ivan Gontar. Comme beaucoup des bénévoles mobilisés, Yvan est Ukrainien. "Je suis arrivé en France il y a 10 ans et je vis à Nice depuis deux ans avec ma femme et mes enfants. Mes parents sont en Ukraine. Ils ne veulent pas partir", déplore le carreleur, qui a mis son fourgon professionnel à disposition de l’association. Comment ça se passe là-bas? "C’est compliqué à expliquer", soupire-t-il, sans réussir à en dire plus.

"On ne peut pas imaginer"

Pour Anfisa et ses deux filles, arrivées d’Ukraine après cinq jours d’une longue fuite, difficile aussi de mettre des mots sur ce qu’elles ont vécu. "On ne peut pas imaginer", murmure celle dont le mari est resté défendre son pays.

Partie d’une petite ville à côté de Kiev au lendemain de la déclaration de guerre par Vladimir Poutine, la famille a mis trois jours à rejoindre la frontière avec la Pologne. "Quand je ne pouvais plus conduire, on dormait chez des amis ou même des inconnus, qui nous ont ouvert leur porte", confie Anfisa.

 

De ville en ville, elle raconte les kilomètres de bouchons sur les routes. Puis les files interminables de bus amassés à la frontière. "Certains cars mettent trois jours pour passer. Alors les grands-mères des villages alentour se relaient pour leur cuisiner à manger, surtout pour les enfants. Nous, heureusement, on a réussi à se faufiler en 12 heures…"

Arrivée à Monaco jeudi avec ses deux filles, elle a trouvé refuge chez son amie Zoya Versace, qui attend d’autres exilés dans les jours à venir.

Du côté du MCCC, une autre collecte est déjà prévue aujourd’hui. Et Martine Ackermann de détailler: "Cette fois nous avons surtout besoin de produits pour bébé: lait de 0 à 18 mois, couches, l biberons, sérum physiologique, coton, crème change, habits…" Les dons peuvent être déposés de midi à 16h.

Les bénévoles de l’association communiquent régulièrement les dates des collectes sur les réseaux sociaux. Quatre rendez-vous sont déjà prévus pour la semaine du 7 au 12 mars:

  • Lundi de 15h à 18h,
  • Mercredi de 15h à 18h,
  • Vendredi de 11h30à 15h,
  • Samedi de 12h à 16h.

Les bénévoles sont installés à l’entrée du parking, sous le Monte-Carlo Country Club.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.