VIDEO. A la découverte de l'orgue de Grimaud, unique en France

Alors que le festival des Soirées musicales vient de reprendre de la voix, nous vous emmenons à la découverte de l’orgue de l’église Saint-Michel. Un instrument à vent unique en France.

Sunder Chaudhari Publié le 25/05/2021 à 20:35, mis à jour le 25/05/2021 à 21:56
L’instrument fait corps avec les éléments architecturaux. Photo JMR

Ce matin-là, l’atmosphère est divinement calme. Le soleil est radieux. Les pas feutrés des passants entre les étals du petit marché ceinturant pour moitié l’église sont inaudibles devant l’édifice religieux.

Une fois les majestueuses portes en bois franchies, le visiteur est happé dans un tourbillon envoûtant de sonorités baroques.

Un nouvel univers s’offre aux auditeurs.

Sur la droite, à l’entrée de la nef, une femme promène ses longs doigts fins sur des touches noires et blanches. Concentrée, Marie-Noëlle Crepy ne semble en rien troublée par les quelques allées et venues de touristes.

"En tant que croyante, l’orgue est un cadeau de Dieu. Une façon de voir l’invisible, de s’élever, de toucher l’immatériel et la notion d’éternité. C’est très mystique ", chuchote l’organiste, médecin dans la vie civile, devant la console.

Pour apercevoir le buffet d’orgue, il faut... lever la tête.

 

En effet, en raison de la taille relativement petite de la nef de l’église Saint-Michel – 20mètres sur 6mètres –, une installation au sol aurait diminué la capacité d’accueil, déjà bien en deçà de sa fréquentation réelle.

"Des grains de beauté invisibles"

L’instrument aux tons verts, bleus, jaunes et orange, fait corps avec l’édifice.

" Le haut du buffet épouse en effet parfaitement les contours de la voûte", explique Pascal Quoirin, facteur d’orgue et fondateur de l’entreprise éponyme basée dans le Vaucluse. "Tandis que le bas s’inscrit dans le cintre de l’arcade de ce mur latéral. "

Cet instrument bénéficie par ailleurs d’une nouvelle technologie, inventée par l’entreprise Eltec. Une prouesse permettant de réunir les sons sacrés et modernes: la transmission numérique proportionnelle, s’opposant à la transmission mécanique. Seules deux églises en France en sont dotées.

 

Sans entrer dans les détails, cette technique permet de retranscrire fidèlement la commande de l’organiste, du toucher jusqu’au lâcher, grâce à la maîtrise de l’ouverture des soupapes générant les notes de musique.

"Une soupape ouverte lentement ou vite, mollement ou sèchement, ne donne pas le même son, le même mélange entre la fondamentale et les harmoniques d’un tuyau-son, les mêmes transitoires d’attaque ou d’extinction: ces multiples grains de beauté invisibles qui participent globalement au charme de tout être vivant. "

Et pour entretenir ce bijou de technologie, l’orgue reçoit les visites des experts, au moins deux fois par an, car les variations de températures ont une incidence sur les éléments.

Au final, les objectifs de la commune, gestionnaire du site, sont atteints. « Cet instrument nous permet de proposer lors des soirées musicales notamment, des moments de très grande qualité, assure Véronique Siffredi, adjointe à la culture.

Certains instrumentistes, amateur ou non, ont la joie de faire parler l’imposant orgue, "à condition d’avoir les clefs de l’église, sourit le curé Yves Menjot dans ses vêtements d’apparat. Nous recevons régulièrement la visite de l’organiste de Chartres, dont les parents habitent dans le Golfe, pour des liturgies. Celui de Munich également. J’en suis très heureux."

Avec un masque barrant le visage, les croyants, petits et grands, s’installent paisiblement dans les rangées.

Les pieds sur le pédalier en étain, Marie-Noëlle Crepy attend le début de la messe de l’Ascension avec impatience. Elle a prévu de jouer, entre autres, Chaconne, de Louis Couperin. Mais attention, "ce n’est pas un concert. C’est une aide à la prière ".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.