Rubriques




Se connecter à

Un documentaire sur le drame de Malpasset ce lundi soir sur RMC Story

RMC Story propose, ce lundi soir, un documentaire sur la tragédie du barrage de Malpasset qui, en 1959, a coûté la vie à 423 personnes.

Mathieu faure (mfaure@nicematin.fr Publié le 24/05/2021 à 14:48, mis à jour le 24/05/2021 à 14:52
(DR)

Une tragédie hors norme qui a marqué le Var comme jamais. 2 décembre 1959, 20h13, la structure du barrage de Malpasset s’effondre. L’effroyable se produit. Cinquante millions de mètres cubes d’eau se déversent à 80km/h sur les habitants du village de Boson.

La vague, d’une hauteur de 40mètres, continue son chemin dévastateur et gagne Fréjus. En moins de 40 minutes, le bilan est dramatique: 423 morts, 2.000 sinistrés et 1.000 hectares de terres agricoles détruites.

Se posent alors des questions existentielles: comment la structure du barrage a-t-elle pu lâcher? Quels sont les systèmes de sécurité qui ont été mis en place après cette catastrophe?

Le documentaire de 52 minutes revient sur cette nuit d’horreur et tente de comprendre l’inexplicable. Témoignages de survivant, experts météorologiques et des bâtiments s’expriment sur le contexte et les causes de ce drame unique. Des précipitations torrentielles provoquent une crue d’un lac de retenue qui entraîne la rupture du barrage-voûte de Malpasset.

 

Dix ans de procédure

Inauguré en 1954 sur le Reynan, un torrent du Var. Avec le temps les causes humaines sont apparues pour expliquer ce désastre. Le mauvais choix du lieu d’implantation, l’absence d’études géotechniques sérieuses, l’absence d’évacuateur de crue et débit trop faible de la vanne de vidange, épaisseur insuffisante de la voûte, etc.

Décembre 1959, la désolation dans le Var. (DR)

De nombreux procès pénaux, civils et administratifs se sont succédé durant la décennie suivante avant que l’arrêt du Conseil d’Etat du 28 mai 1971 écarte toute responsabilité humaine.

En l’absence de responsable, les assureurs des constructeurs n’ont dû verser aucune indemnité aux victimes et au département du Var, maître d’ouvrage; la charge financière des dommages publics est assumée par l’État et le département; celle des victimes, essentiellement par la générosité publique.

 

Mieux, la tragédie a mis en évidence des carences législatives et administratives que la présidence du général De Gaulle va tenter de combler. Par exemple, la catastrophe provoque la disparition de compagnons de jeunes femmes enceintes, hors mariage.

Mais en 1959, les enfants légitimes et les enfants naturels n’ont pas le même statut juridique. Dès lors, le mariage posthume — établi en 1803 et remodelé à plusieurs reprises — est réactivé et adapté par l’article 171 du Code civil.

Par ailleurs, ce drame permet la mise en route d’un Comité technique permanent des barrages, créé par décret en 1966. Cet organisme est constitué de divers spécialistes de la construction de ce type d’ouvrage dont la hauteur dépasse 20m.

Dans le même temps, des unités de sécurité civile sont mises en place pour permettre d’assurer les premières opérations de secours dans le cadre d’une catastrophe dont la gestion dépasse les moyens des pompiers locaux.

Ce drame, immense, aura eu le mérite de mettre en œuvre un cadre plus adapté pour éviter de revivre une telle catastrophe civile.

 

Hors de contrôle, le barrage de Malpasset, ce lundi soir à 21h05, sur RMC Story.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.