Rubriques




Se connecter à

On l'appelait "le seigneur des Sablettes": on vous raconte l'ascension du premier parrain varois, Louis Régnier

Surnommé le Seigneur des Sablettes, plage populaire de la rade de Toulon, il fut, entre les années 1950-1980, l’une des principales figures de la pègre varoise.

Nelly Nussbaum Publié le 24/10/2021 à 08:44, mis à jour le 24/10/2021 à 08:52
recit
Louis Régnier fut une figure du crime organisé français. (DR)

Fils d’une bonne famille hyéroise qui a fait fortune dans les assurances, et frère cadet du chansonnier Max Régnier, Louis Régnier, dit Loulou ou l’avocat, est né le 25 novembre 1922 à Hyères. Plutôt bon élève, il monte à Paris pour passer une capacité en droit. Mais, la liberté, les femmes, les mauvaises rencontres et l’argent facile montent à la tête du jeune homme qui va développer de mauvais instincts.

Les mafieux méridionaux, soit Marseillais, Toulonnais, Niçois ou Corses avaient plusieurs adresses favorites à Paris dont le célèbre bar des Trois Canards (IXe arrondissement) où ils se réunissaient régulièrement. (DR).

Rapidement, Loulou se laisse entraîner et, propulsé par son ami et mentor, Philippe Gratius, dit "le petit tatoué", jeune espoir de la boxe promis à une belle carrière qui n’est pas resté dans les annales, fignole sa vocation dans le milieu parisien. Malgré son jeune âge, Louis, que l’on qualifie de très intelligent, ne tarde pas à retourner chez lui et devient le premier grand parrain du milieu varois. Son credo: la prostitution, notamment à La Seyne-sur-Mer, les établissements de nuit et les restaurants dans le Sud-Est. Il possédera aussi une boîte de nuit à Abidjan.

Respectueux et respecté

Par ses activités, l’homme n’est peut-être pas respectable. Mais il est respectueux et respecté. Qualifié de "sage", il est de la vieille école et dit volontiers: "On n’ouvre pas le feu pour un oui, pour un non, on ne touche pas à la came. Et, surtout, on évite la flambe!" Rapidement, sa réputation va dépasser les frontières du Var car, en plus de contrôler les établissements de la région, il participe à des trafics de tout genre en Europe.

Malgré ses principes, il est condamné à la réclusion à perpétuité par la cour d’assises du Var en 1956 pour meurtre. Il sera toutefois acquitté à la suite d’un pourvoi en cassation rejugé par les assises des Alpes-Maritimes. Au fil des années, il connaît plusieurs interpellations et mises en examen pour trafic de drogue ou proxénétisme. Un jugement l’oblige à quitter momentanément le Var et il est assigné à résidence en Corse d’où est originaire sa mère en 1961 et 1962. Il rentrera chez lui pour reprendre ses affaires. Son nom défrayera également la chronique lors de deux règlements de comptes dans les années 1980 sans que la justice ne puisse l’impliquer.

La chute du clan Régnier

Lorsque Louis Régnier souhaite se retirer, ses affaires sont reprises par ses fils, Michel et Jean-Claude (ils finiront tous deux abattus en 1996 et 2012). Pourtant, le 25 mars 1989, alors qu’il n’avait plus fait parler de lui depuis des années, qu’on le disait rangé et menant une vie de père de famille, Loulou âgé de 67 ans, est discrètement arrêté à Belgentier, village voisin de Toulon. Avec neuf personnes de son entourage, dont ses fils et belles-filles, il est inculpé par M. Michel Debacq, juge d’instruction à Marseille, d’appartenir à un important réseau de blanchiment d’argent en collaboration avec la mafia américaine. Seule son arrestation avait à l’époque été rendue publique.

 

Après un long séjour derrière les barreaux, il disparaît de la circulation et ne fera plus jamais parler de lui. Le plus étonnant est que, bien que possédant un casier judiciaire qui justifiait une inscription au fichier du grand banditisme, le Seigneur des Sablettes est parvenu à garder toute sa vie un casier judiciaire vierge. Autre fait extrêmement rare pour un parrain, il s’est éteint "de sa belle mort" et dans son lit à La Seyne-sur-Mer, le 15 mars 2003 à l’âge de 80 ans.

Source: Mort d’un voyou d’Alain Leauthier (Grasset) et Histoire du Grand Banditisme varois.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.