“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Il y a tout juste 100 ans, en mai 1920, Henri Negresco disparaissait

Mis à jour le 29/05/2020 à 17:29 Publié le 30/05/2020 à 17:30
Henri Negresco, né Alexandru Negrescu, a vu le jour le 14 mars 1870 à Bucarest, en Roumanie.

Henri Negresco, né Alexandru Negrescu, a vu le jour le 14 mars 1870 à Bucarest, en Roumanie. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Il y a tout juste 100 ans, en mai 1920, Henri Negresco disparaissait

Après avoir construit le plus célèbre palace de Nice sur la promenade des Anglais, il fut ruiné par la Grande Guerre puis attaqué en justice par son ex-complice, l’architecte Édouard-Jean Niermans.

À quoi pensait-il, Henri Negresco, au soir de sa vie, au 74 de l’avenue des Champs-Élysées à Paris? C’est là qu’il mourut il y a cent ans, le 14 mai 1920. Revoyait-il la splendeur du palace qu’il avait construit sur la promenade des Anglais à Nice? Songeait-il à sa fastueuse inauguration, le 4 janvier 1913, en présence de sept têtes couronnées?

Rêvait-il à ces milliardaires qu’il avait accueilli sous les 17.000 cristaux de son lustre de Baccarat? Se rappelait-il ces vieilles aristocrates qui foulaient de leurs souliers vernis le tapis à 300.000 francs sous la verrière Belle Époque? Pensait-il à sa fabuleuse ascension de fils d’aubergiste roumain devenu l’un des hôteliers les plus célèbres du monde? (Son nom était Negrescu à l’origine).

À l’âge de 50 ans, il était ruiné. Le désastre de la Grande Guerre était passé par là. Le conflit mondial s’était déclenché 19 mois à peine après l’inauguration de son hôtel. Malgré les bénéfices considérables qu’il avait réalisés au cours de la première saison, les dettes accumulées lors de la construction et de l’ouverture de l’établissement n’étaient pas près d’être remboursées.

La crise financière internationale était là – même si les Années folles répandaient leur insouciance, au son des rythmes du jazz.
Les grandes fortunes qui faisaient la clientèle des palaces avaient fondu.

Transformé en hôpital militaire

Pour pouvoir redevenir un palace, l’hôtel, qui avait été transformé en hôpital militaire pendant la guerre, devait être remis à neuf.
Durant le conflit, il avait accueilli des blessés venus du front par wagons entiers.

Dans les couloirs, les chambres et les halls destinés à l’accueil des touristes fortunés, s’étaient entassés les lits des soldats mutilés. Lui-même, Henri Negresco, avait assuré pendant cette période, avec sa fille, l’intendance du lieu.

Au cours de la dernière année de sa vie, Henri Negresco accumula les tourments judiciaires. Son complice d’autrefois, avec lequel il avait partagé l’aventure de la construction de l’hôtel, l’architecte Édouard-Jean Niermans, se retourna contre lui.

Il en souffrit beaucoup. Niermans réclamait de l’argent aux deux sociétés dans lesquelles Negresco était impliqué : la Société immobilière de la Côte d’Azur, propriétaire du bâtiment, et la Société Negresco, gérante de l’hôtel. Les sommes atteignaient trois millions de francs.

Il accepta de vendre son bien à la société belge Marquet

Henri Negresco se trouvait à bout de force. Il tomba malade. Il s’agissait d’un cancer. Il devait faire face à la fois aux frais d’hospitalisation, au remboursement des dettes et à la rénovation de l’hôtel. Il n’y arrivait plus. Il n’avait qu’une solution – mais il savait qu’il en mourrait –, se séparer de ce qui avait été son œuvre, son succès, sa gloire, sa raison de vivre : son hôtel.

En 1920, il accepta de vendre son bien à la société belge Marquet, propriétaire d’autres hôtels à Madrid, Saint-Sébastien et Bruxelles.
Il disparut peu de temps après. On l’enterrera au cimetière des Batignolles à Paris.

Sur la promenade des Anglais, son nom continue de briller en lettres lumineuses sur le fronton de son palace. Il rappelle qu’il a été l’un des plus célèbres hôteliers du monde.

Le Negresco au début du XXe siècle, joyau de la promenade des Anglais.
Le Negresco au début du XXe siècle, joyau de la promenade des Anglais. Photo DR

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.