“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

HISTOIRE. 16 mai 1920, la canonisation de Jeanne d’Arc et les princes de Monaco

Mis à jour le 16/05/2020 à 12:29 Publié le 16/05/2020 à 17:00
Monaco-matin, source d'infos de qualité

HISTOIRE. 16 mai 1920, la canonisation de Jeanne d’Arc et les princes de Monaco

Jeanne d'Arc a été sanctifiée il y a tout juste cent ans, à la suite d’un processus enclenché en 1452… par un ancêtre d’Albert II de Monaco.

Désormais, Jeanne d’Arc est une sainte! La nouvelle s’est répandue dans le monde le 16 mai 1920, il y a tout juste cent ans, depuis la basilique Saint-Pierre de Rome.

Au cours d’une cérémonie à grand spectacle, le pape Benoît XV était apparu sur une chaise à porteur, devant une foule immense, entouré de trois cents évêques, de délégués tous les pays et de sa cour vêtue de costumes rutilants inspirés du peintre Raphaël. Il avait commencé son discours en disant : « Dieu choisit les faibles de ce monde pour confondre les puissants. » Les cloches avaient sonné dans toute la ville, les trompettes avaient résonné du haut du dôme, les chœurs avaient entonné des Te Deum. Pendant ce temps, des offices étaient célébrés partout dans le monde, en particulier dans notre région où les fenêtres étaient pavoisées de blanc et bleu.

Il avait fallu cinq siècles pour en arriver là. La réhabilitation de Jeanne d’Arc avait été réclamée en... 1452 par le cardinal de Rouen Guillaume d’Estouteville, vingt et un ans après le procès qui, en 1431, avait entraîné sa mort sur le bûcher.

Cassation du premier procès

Après quatre ans d’enquête et la cassation du premier procès, le Vatican avait déclenché le processus de canonisation. Mais l’affaire avait traîné, interrompue pendant quatre siècles, reprise en 1868, ralentie par les guerres de 1870 et de 14-18.
Le cardinal qui avait été à l’origine du processus, Guillaume d’Estouteville, fait partie des ancêtres du prince Albert II de Monaco. (1)
Le lien généalogique s’établit au travers de l’union, au cours des siècles, des familles Estouteville, Orléans, Matignon et Grimaldi. (Lire ci-dessous).

Le cardinal Guillaume d’Estouteville appartenait à la première. La descendance de cette famille, dans la lignée qui nous intéresse, fut assurée par le frère du cardinal, Louis, et ses fils et petit-fils Jacques et Jean. La fille de ce dernier, Adrienne, épousa en 1535 François de Bourbon, grand-oncle du roi Henri IV et mit au monde Marie, future femme de Léonor d’Orléans, descendant du roi Charles V.

C’est par leur fille Eléonore que s’établit le lien avec les Matignon. En 1596, elle épousa en effet Charles de Matignon, maréchal de France, qui eut pour descendants François, Jacques I et Jacques II. C’est ce dernier qui donna son nom à l’Hôtel Matignon à Paris, actuelle résidence du Premier ministre.

Antoine 1er sans héritier mâle

C’est lui aussi qui s’unit à la famille Grimaldi en épousant, en 1715, la fille du prince Antoine 1er de Monaco. Celui-ci n’ayant pas de fils, avait passé un accord avec le roi Louis XIV pour que le mari de sa fille règne sur Monaco en prenant le nom de Grimaldi.

La succession fut ensuite assurée de père en fils par Honoré III, Honoré IV, Florestan 1er, Charles III, créateur de Monte-Carlo, et Albert 1er. Le fils d’Albert Ier, Louis II, n’ayant pas d’enfant officiel, sa fille naturelle Charlotte fut reconnue et épousa le 19 mars 1920 – il y a un siècle – le prince de Polignac, qui prit le nom de Grimaldi afin d’assurer la lignée de la famille et eut pour fils et petit-fils les princes Rainier III et Albert II.

C’est ainsi que, partant de la famille du cardinal d’Estouteville, on arrive en ligne directe au souverain actuel de Monaco.
Au jour du centenaire de la canonisation de Jeanne d’Arc, ce parcours généalogique méritait d’être accompli.


1.Source : Léon-Honoré Labande, directeur des archives du Palais de Monaco au début du XXe siècle.

DR

Le parcours généalogique

1400-1464
> Louis d’Estouteville, frère du cardinal Guillaume d’Estouteville

1448-1489
> Jacques d’Estouteville, fils du précédent

1483-1517
> Jean d’Estouteville, fils du précédent

1491-1545
> Adrienne d’Estouteville, fille du précédent
1539-1601
> Marie de Bourbon, fille de la précédente et de François de Bourbon (1491-1545)

1573-1639
> Eléonore d’Orléans, fille de la précédente et de Léonor d’Orléans (1540-1573)

1605-1675
François de Matignon, fils de la précédente et de Charles de Matignon (1564-1648)

1644-1725
> Jacques de Matignon, fils de François de Matignon

1689 -1751
> Jacques 1er de Monaco, fils de Jacques de Matignon

1720-1795
> Honoré III de Monaco, fils
du précédent et de Louise-Hyppolite Grimaldi (1697-1731)

1758-1819
> Honoré IV de Monaco, fils du précédent

1785-1856
> Florestan 1er de Monaco, fils du précédent

1818-1889
> Charles III de Monaco, fils du précédent

1848-1922
> Albert 1er de Monaco, fils du précédent

1870-1949
> Prince Louis II de Monaco, fils du précédent

1898-1977
> Charlotte de Monaco, fille naturelle du précédent

1923-2005
> Rainier III de Monaco, fils du précédent et du prince Pierre de Polignac (1895-1964)

Souverain depuis le 6 avril 2005
> Albert II de Monaco, fils du prince Rainier III

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.