Rubriques




Se connecter à

En 1767, le frère du roi d'Angleterre meurt à Monaco poursuivi par... un fantôme

Le 17 septembre 1767, la Principauté de Monaco fut secouée par un coup de canon. Puis par un autre une demi-heure plus tard. Il en fut ainsi, toutes les demi-heures jusqu’à la fin du jour. Le Duc d'York était mort après que le spectre d'une jeune femme l'est invité en Principauté. Selon la légende...

André Peyrègne Publié le 25/09/2021 à 13:30, mis à jour le 25/09/2021 à 18:16
Le Duc d’York, mort à Monaco en 1767. DR

Ce 17 septembre 1767, le Duc d’York, frère du roi Georges III d’Angleterre, âgé de 28 ans, venait de mourir dans la grande chambre du Palais princier qui porte aujourd’hui son nom.


Deux semaines plus tôt, le 31 août, il s’était embarqué à Toulon en direction de Gênes. S’étant senti mal au large de Monaco, il avait été obligé de débarquer en Principauté pour y chercher du secours et avait été accueilli par le prince Honoré III.

On chercha en vain un prêtre anglican à Monaco ou dans les environs. Le Duc se fit lire plusieurs passages de la Bible et mourut.
On n’a jamais su les causes de sa maladie.

 

Une légende commença alors à courir jusqu’au XIXe siècle où, dans son célèbre et beau livre intitulé la Côte d’Azur - dont le titre a donné son nom à notre région -, Stéphen Liégeard nous servit une version inattendue. 

"on vit de la même grotte surgir
la même apparition"

"Le Duc d’York cinglait un soir vers Monaco. Déjà la nef avait dépassé le cap Martin quand un matelot crut apercevoir une jeune fille qui, parmi les rocs de la grève, multipliait les signaux de détresse. Subitement, elle avait arraché le voile de ses épaules et, l’agitant d’un bras fiévreux, elle semblait adjurer le pilote d’aller au large. Le Duc pensant que le marin avait été l’objet d’une hallucination entra dans le port de Monaco. Les jours suivants, on vit de la même grotte surgir la même apparition. Or, voici que le troisième jour l’hôte royal s’alite et, deux semaines plus tard, s’endort du long sommeil de la mort. Ce qu’apprenant le Roi d’Angleterre envoie une escadre chargée de ramener à Londres la dépouille de son malheureux frère.
Une chapelle ardente est élevée sur le pont amiral, on y dépose le cercueil. Mais au moment où la flottille funèbre s’éloigne, la vision des premiers soirs reparaît. Pâle, les cheveux épars, la jeune fille se dresse, éperdue ; un instant elle court le long du rivage, envoie un adieu rapide puis, poussant un grand cri, se précipite dans les flots.
Quel était ce spectre ? Nul ne l’a su ni le saura. La grotte garde son secret…"

Stephen Liégeard qui a raconté à sa façon la mort du Duc d’York. DR.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.