Rubriques




Se connecter à

De jeunes passionnés reconstituent les batailles du col de Turini et de l’Authion avec matériel et uniformes de l’époque

Depuis 2015, un collectif de jeunes passionnés de la Seconde guerre mondiale reconstitue les batailles du col de Turini et du massif de l’Authion. Avec matériel et uniformes de l’époque.

A. L. Publié le 17/11/2021 à 18:00, mis à jour le 16/11/2021 à 20:05
Simon Greboval (au centre) et les membres de l’association Riviera 44 font des reconstitutions de batailles, notamment au col de Turini. Photo DR

Il n’y a pas d’âge pour jouer à la guerre. Simon Greboval, 24 ans, fait partie d’une petite dizaine de jeunes passionnés du patrimoine militaire du département. Ensemble, ils ont lancé Riviera 44 en 2015, un collectif devenu une association fin 2020, dont Simon est le président.

Leur truc? Trouver, acheter, des uniformes et du matériel de la Seconde guerre mondiale, et faire des reconstitutions d’époque, sur le terrain. "On montre des positions de combat sur les lieux, pour de l’immersion personnelle, mais aussi pour publier des photos sur les réseaux sociaux", raconte Simon. Ils participent également aux cérémonies de commémorations, et se mobilisent comme figurants pour des films d’époque.

"Le front oublié des Alpes-Maritimes"

Le col de Turini est leur terrain de reconstitution préféré. Photo DR.

Quand ils le font pour eux, leur terrain de prédilection, c’est le col de Turini et le massif de l’Authion (partagés entre Lucéram, La Bollène-Vésubie et Moulinet). Secteur où il y a eu ce que ce salarié de la mairie de Théoule-sur-Mer de "front oublié des Alpes-Maritimes". En 1945, Français et Américains sur le col de Turini ont affronté les Allemands, installés sur l’Authion. Ces événements ont fait partie des derniers combats qui se sont déroulés en France pendant la Seconde guerre mondiale.

Peut-être ont-ils été oubliés car peu reluisants: plutôt que d’attendre la capitulation, le général de Gaulle souhaite que Tende et La Brigue soient rattachées à la France et donc repousser les Allemands. Il pense forcer la main aux Alliés qui sont assez hostiles à une modification des frontières. Le 12 avril, les Français enlèvent l’Authion au prix de 274 tués et 644 mutilés ou blessés. De nombreuses fortifications témoignent de ce passé.

Le prix des uniformes de l’époque "flambe"

Le collectif achète son propre matériel, via des forums spécialisés. Photo DR.

Simon et ses compères, eux, se dédient à faire vivre cette mémoire. "Petit, mes grands-parents m’amenaient dans les cimetières et les monuments, et je me suis passionné. En lisant des livres, j’ai appris qu’il y avait eu ce front. J’ai contacté des familles de vétérans sur Facebook, je récupère des photos d’époque, des témoignages…"

Selon lui, l’intérêt des jeunes pour le patrimoine militaire "prend de l’ampleur". La preuve, il est de plus en plus difficile de trouver du matériel. "On veut être le plus irréprochable possible: on cherche des uniformes et du matériel d’époque. Si on ne trouve pas, on achète des reproductions sur des sites spécialisés. Mais le marché des originaux est en pleine explosion, les prix flambent".

Pas de quoi décourager Simon: "On apprend beaucoup de choses aux gens, même aux locaux."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.