“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Tapis rouge pour Hyères à Monaco (32-20)

Mis à jour le 11/04/2017 à 05:08 Publié le 11/04/2017 à 05:08

Tapis rouge pour Hyères à Monaco (32-20)

Le Hyères OS Handball se déplaçait ce dimanche à Monaco pour y rencontrer le club de handball de la Principauté pour la 18e journée de Prénationale 1 messieurs.

Le Hyères OS Handball se déplaçait ce dimanche à Monaco pour y rencontrer le club de handball de la Principauté pour la 18e journée de Prénationale 1 messieurs.

Match déséquilibré sur le papier entre le premier au classement qui en est à sa huitième victoire consécutive et des Monégasques qui luttent pour leur maintien.

Dès le début de la rencontre, les Hyérois prenaient les choses en main et le score (6-2 à la 5e minute).

Sérieuse et efficace en attaque, agressive et solide en défense s'appuyant sur Mikaël Simono impérial dans son but (12 arrêts), l'équipe varoise creusait rapidement l'écart et atteignait la pause avec 10 buts d'avance (17-7).

À noter le carton rouge de De Portu à la suite d'une grosse faute sur Thibault Garoscio.

Fort de son avantage au tableau d'affichage, Bachir Manseur, l'entraîneur hyérois, en profitait pour donner du temps de jeu à tous (jeunes et plus expérimentés) et ceux-ci géraient le match de bonne manière en enlevant la victoire 32 à 20.

Une bonne préparation pour le prochain déplacement au Cavigal de Nice le 22 avril, adversaire qui sera probablement plus difficile à manier.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct