“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

VIDEO. "Laissez nous travailler". Les restaurateurs et hôteliers ont manifesté leur inquiétude ce mardi à Cannes

Mis à jour le 24/11/2020 à 16:27 Publié le 24/11/2020 à 16:24
Plusieurs dizaines de restaurateurs, hôteliers et bistrotiers ont manifesté leur inquiétude cet après-midi à Cannes.

Plusieurs dizaines de restaurateurs, hôteliers et bistrotiers ont manifesté leur inquiétude cet après-midi à Cannes. Photo Patrice Lapoirie

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDEO. "Laissez nous travailler". Les restaurateurs et hôteliers ont manifesté leur inquiétude ce mardi à Cannes

Quelques heures avant les annonces du président Emmanuel Macron ce mardi, ils étaient 300 professionnels du secteur du tourisme dont une quarantaine d’extras à se rassembler sur les Allées de la Liberté à Cannes à l’appel de l’UMIH.

"Laissez nous travailler!". Le message est clair. Placardé sur leur cœur.

En début d’après midi, ce mardi, plus de 300 restaurateurs, hôteliers, bistrotiers -dont une quarantaine d'extras- ont répondu présents à l’appel de l’UMIH de Cannes.

Tous massés sur les Allées de la Liberté pour dire "anxiété, colère et inquiétude" quelques heures avant l’annonce du président Macron, prévue ce mardi à 20 heures.

"Les restaurateurs sont tous en train de mourir" a clamé Ali Lahouti, le président du syndicat, devant une immense bâche noire à la Charlie "Je suis commerçant". Il tire la sonnette d’alarme

"Certains restaurateurs ne peuvent plus payer leur facture EDF. On n’a pas le droit de travailler pour nourrir nos enfants. Cette situation ne peut plus durer". Et de plaider pour "un horizon d’ouverture clair pour nos établissements. Nous demandons dans l’urgence des mesures de soutien à effet immédiat: chômage partiel jusqu’en 2021, prise en charge des PGE par l’État, exonération de paiement de loyer en période de confinement avec compensation pour le propriétaire...".

"Sans congrès, on est mort"

Plusieurs dizaines de restaurateurs, hôteliers et bistrotiers ont manifesté leur inquiétude cet après-midi à Cannes.
Plusieurs dizaines de restaurateurs, hôteliers et bistrotiers ont manifesté leur inquiétude cet après-midi à Cannes. Photo Patrice Lapoirie

A Cannes, ville de congrès internationaux aux 500 restaurants et 130 hôtels, "c’est le loyer qui tue" lâche Jerome Karam patron du Zoa, face au Palais des Festivals. "Je paie 12.800 euros de loyer par mois pour 137m2. Sans l’affluence des congrès, on est mort!".

"C’est toute la chaîne du tourisme qui est menacée, a clamé au micro Christine Welter, présidente des hôteliers de Cannes. Jusqu’à quand l’Etat sera-t-il aveugle à notre désarroi ? Combien vont mourir ? Compenser la fermeture par des aides, cela ne va qu’un temps".

La représentante des hôteliers demande notamment "la fin du seuil maximum de 50 salariés pour obtenir l’aide du fonds de solidarité, ou l’exonération des charges patronales pendant le confinement".

Les professionnels se sont donné rendez-vous jeudi à Marseille pour une nouvelle manifestation.

Alors que le rassemblement se dispersait, une restauratrice a profité du micro pour lancer un appel à la révolte.

"Il faut désobéir! Chacun a la responsabilité de désobéir aux lois injustes!". Et de donner rendez-vous ce samedi rue Hoche à 11h30 avec un mot d’ordre "Tous au resto à Cannes"!

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.