Rubriques




Se connecter à

Trois manifestations annoncées à Monaco contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale

Inédit. Après avoir protesté plusieurs samedis à Nice, les contestataires monégasques ont déposé plusieurs demandes de manifestation auprès de la Sûreté Publique. Obtiendront-elles le feu vert des autorités de la Principauté? Sollicité, le gouvernement princier reste évasif et annonce poursuivre le dialogue avec les organisateurs.

Thibaut Parat Publié le 31/08/2021 à 20:48, mis à jour le 01/09/2021 à 08:03
Durant plusieurs samedis, des dizaines d’anti-pass sanitaire monégasques ont rallié Nice pour protester aux côtés de leurs homologues français. DR

Ils ont usé l’asphalte durant de nombreux samedis à Nice. Drapeau monégasque sur les épaules ou flottant au gré du vent, les anti-pass sanitaire de la Principauté ont protesté aux côtés de leurs homologues français.

En parallèle, ces contestataires– fédérés autour d’un groupe Facebook (1) rassemblant près de 4.000 personnes– ont été reçus au Ministère d’État, au Conseil national puis au… Palais princier par l’un des conseillers du prince Albert II. Rien que cela.

"On a soulevé beaucoup d’incohérences sur le pass sanitaire mais cela n’a pas servi à grand-chose. Nos arguments n’ont pas été écoutés, estime Sharon Rochetin, créatrice du groupe Facebook et commerçante. On a perdu beaucoup de temps en discussions stériles. Le temps, on n’en a plus. Le seul moyen de se faire entendre, c’est l’action, c’est de manifester!"

"Ce n’est pas une manif contre la vaccination"

Ce lundi, après trois réunions avec la Sûreté publique, les anti-pass sanitaire locaux ont adressé trois déclarations de manifestation à Richard Marangoni, patron de la police monégasque.

 

Pour les 4 et 11 septembre à 14 heures, et le 9 septembre à 15h30. Toutes au départ de la place des Moulins.

"On protestera contre le pass sanitaire, bien sûr, mais aussi contre l’obligation vaccinale", poursuit Sharon Rochetin. Et de préciser, comme pour dissiper tout malentendu: "Ce n’est pas contre la vaccination! Dans la manif’, il y aura des personnes vaccinées. Nous, on est pour le choix, pour la liberté."

Feu vert des autorités?

Reste à savoir, désormais, si les autorités monégasques donneront le feu vert à cette première manifestation sur le sol monégasque.

Si le gouvernement princier a l’habitude des protestations syndicales en Principauté, ce type de manifestation– susceptible de drainer plus largement que les habitués de la Principauté– serait une première.

 

Chacune des trois demandes fera l’objet d’un examen attentif à "l’aune de plusieurs considérations– comme l’écrivait récemment le conseiller de gouvernement - ministre d’Intérieur, Patrice Cellario, aux anti-pass sanitaire–: la préservation de l’ordre public, l’évolution de la situation sanitaire ou la programmation d’événements économiques, sportifs, culturels ou récréatifs".

Charte de bonne conduite et service de sécurité

Sollicité, le gouvernement princier n’a pas souhaité s’exprimer officiellement sur le sujet, précisant que le dialogue se poursuit avec les organisateurs des manifestations. Une nouvelle réunion avec la Sûreté publique doit d’ailleurs avoir lieu aujourd’hui.

De leur côté, les anti-pass sanitaire assurent pouvoir maintenir le bon déroulement des manifestations.

"On a mis en place un service d’ordre avec des policiers et militaires retraités, ainsi qu’une équipe médicale, détaille Sharon Rochetin. Une charte de bonne conduite a été édictée. On veut que des règles évidentes soient respectées, notamment sur les pancartes et slogans: pas de référence au prince et à la famille princière, pas de messages haineux, diffamatoires, racistes ou antisémites, pas de message anti-vax. On ne veut pas que notre mouvement soit décrédibilisé avec des slogans qui n’ont rien à faire dans un cortège où l’on trouvera des enfants, des mères de famille, des grands-parents. On est attachés à la Principauté."

 

(1) Manifestation pacifique contre le pass sanitaire à Monaco.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.