“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pourquoi les chauffeurs des autobus de Monaco se mettent en grève?

Mis à jour le 25/07/2018 à 14:07 Publié le 25/07/2018 à 08:14
Le trafic des bus a été perturbé hier.

Le trafic des bus a été perturbé hier. Photo archives Nice-Matin

Pourquoi les chauffeurs des autobus de Monaco se mettent en grève?

Dissonances au sein de la compagnie des autobus de Monaco. Lundi et mardi, une partie du personnel a choisi de débrayer en protestation de nouveaux plannings mis en place pour les chauffeurs de bus.

"On nous a annoncé ces nouveaux horaires le 19 juillet pour une mise en place le 23, sans aucune marge de manœuvre", tempêtent les délégués syndicaux.

En cause, l’évolution de la journée continue vers une journée de travail avec une coupure qui peut parfois atteindre deux heures. "Ce qui fait des journées avec des amplitudes horaires de plus de dix heures. Sans compter que pendant cette coupure imposée, les chauffeurs, qui n’habitent pas en Principauté, n’ont pas le temps de rentrer chez eux. C’est les priver d’un temps de vie personnelle".

Derrière cet achoppement, les représentants syndicaux dénoncent "une cadence de travail trop forte" et un climat social jugé "dégradé" dans l’entreprise. "Les travaux en Principauté rendent notre travail difficile. Nous travaillons six jours par semaine et il est impossible d’avoir un week-end complet par mois programmé. Les plannings ne sont validés que trois jours avant".

En plus du mouvement de grève hier et lundi, les syndicats ont exprimé leurs doléances dans un courrier adressé aux conseillers de gouvernement pour les Affaires Sociales et l’Équipement, en attendant d’entrer en négociation avec leur employeur.

Un service à 80 %

Contactée hier, la direction de la CAM a appelé à la concertation. "Les horaires ont toujours été les mêmes, ce qui change, c’est la manière dont on les habille et ces contraintes dépendent des doléances. Nous essayons d’écouter tous les salariés et de faire au mieux", plaide Roland de Rechniewski, l’administrateur-délégué. "Nous avons toujours essayé de dialoguer dans l’intérêt général et de travailler sur les points de discorde, car parfois les solutions se cachent dans les détails".

Hier, le mouvement de grève a impacté en partie le trafic pour les usagers de la CAM. "Le service était complet sur les lignes 1 et 2 grâce à la mobilisation de certains. La ligne 6 a tourné avec un véhicule en moins. Et 80 % du service a été assuré sur les autres réseaux afin de garantir un accueil de qualité à nos usagers".


La suite du direct