“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Plusieurs centaines de salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les rues de Monaco

Mis à jour le 07/06/2019 à 09:53 Publié le 07/06/2019 à 08:10
Les manifestants réclament un Smic monégasque à 2.250€.

Les manifestants réclament un Smic monégasque à 2.250€. Photo Jean-François Ottonello

PHOTOS. Plusieurs centaines de salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les rues de Monaco

Remontés comme jamais, environ 800 salariés sont descendus dans la rue à l’appel de l’Union des syndicats de Monaco, ce jeudi, pour réclamer de meilleures conditions de travail et moins de précarité.

"Ah bon? À Monaco aussi il y a des grèves?", s’étonnait ce jeudi un touriste britannique. Et il n’était pas le seul visiteur appareil photo ou caméra miniature à la main, pour filmer ce défilé au parfum de lutte des classes. Car c’était bien cela le leitmotiv. L’expression de Marx a d’ailleurs été utilisée plusieurs fois dans ce mouvement social qui a animé les rues habituellement tranquilles de la Principauté.

Environ 800 salariés selon la police (contre 600 en février dernier et 615 à la même période en 2017), plus de 1.500 selon les organisateurs, ont défilé avec musique, vuvuzelas, sifflets, et autres instruments festifs et bruyants.

On revendique, mais dans la bonne humeur. Avec des chants si entêtants qu’ils ne vous quittent plus après. "Pour l’avenir des travailleurs et pour un monde meilleur, même si le patron n’veut pas, nous on est là", entonnaient-ils. Ou encore: "De l’argent, il y en a, dans les caisses du patronat!".

>>LIRE AUSSI. "On est sous-payés", "on ne veut pas basculer dans le système français": pourquoi retraités et salariés manifestent à Monaco.

800 participants selon la police (contre 600 en février dernier et 615 à la même période en 2017), plus de 1.500 selon les organisateurs.
800 participants selon la police (contre 600 en février dernier et 615 à la même période en 2017), plus de 1.500 selon les organisateurs. Photo JFO

Mêmes revendications

Leurs revendications ne changent pas, et tendent même à s’affiner pour certaines. Ainsi, c’est un SMIC monégasque à 2.250 euros brut qu’ils réclament. "Ce n’est pas utopique quand on regarde notre PIB, et c’est ce qu’il faut pour vivre dignement dans la région. Et pour les petites entreprises, il y a toujours des solutions possibles. On peut toujours chercher des moyens de ne pas en parler. Ouvrons les discussions, et nous trouverons des solutions", confie Christophe Glasser, secrétaire général de l’USM, plus déterminé que jamais.

L’autre revendication majeure, c’est le maintien des retraités au régime de couverture maladie monégasque. Une revendication très ancienne: "C’est une revendication qui grandit avec le temps, puisque le régime français se dégrade. Et avec lui, c’est la dignité des retraités qui s’effrite. Eux, ce qu’ils voient, c’est le pays où ils ont cotisé. C’est celui qu’ils connaissent", poursuit-il.

>>LIRE AUSSI. Manif à Monaco: le conseiller-ministre des Affaires sociales, Didier Gamerdinger, n'entend pas céder à la pression de la rue.

Photo JFO

Radical ou pas ?

Partis du CHPG, de Fontvieille, et de Saint-Charles, les cortèges ont tous rejoint la place d’Armes où les attendaient les retraités. De là, ils ont rejoint la place Sainte-Dévote où Olivier Cardot, le secrétaire général adjoint de l’USM a pris la parole.

"N’en déplaise à certains [répondant aux propos du président du Conseil national, Stéphane Valeri, en février dernier, ndlr], ce n’est pas nous qui nous radicalisons, c’est le gouvernement. Nous, nous sommes toujours ouverts au dialogue."

Photo JFO

Christophe Glasser a clôturé la manifestation en ces mots: "Aujourd’hui n’est pas une finalité. Aujourd’hui est la poursuite du 7 février. On verra bien les décisions qu’on prendra. Êtes-vous partants dans les jours à venir pour entraîner encore plus de gens avec nous ? Maintenant, notre mission c’est d’aller chercher dans les entreprises ceux qui sont indécis, ceux qui ont peur. Parce que nous, nous sommes là et nous n’avons plus peur."

Et l’enthousiasme de la foule a semblé lui donner raison.

Photo JFO
Photo JFO
Photo JFO
Photo JFO

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.