“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les rassemblements prévus mardi contre les violences policières seront tolérés, selon Castaner

Mis à jour le 09/06/2020 à 17:01 Publié le 09/06/2020 à 17:00
Manifestation contre les violences policières de la Promenade des Anglais à la place Masséna, samedi 6 juin 2020 à Nice.

Manifestation contre les violences policières de la Promenade des Anglais à la place Masséna, samedi 6 juin 2020 à Nice. Photo Jean François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les rassemblements prévus mardi contre les violences policières seront tolérés, selon Castaner

Les rassemblements prévus mardi en France pour saluer la mémoire de George Floyd et "combattre le racisme dans la police", bien qu'interdits par la loi en raison de la crise sanitaire, seront tolérés, a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Les manifestations "ne sont pas (autorisées) dans les faits (...) mais l'émotion mondiale, qui est saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s'appliquent", a déclaré M. Castaner au micro de BFMTV/RMC.

"J'invite chacun à faire attention à pratiquer les gestes barrière mais nous ne chercherons pas à réaffirmer l'interdiction, qui est de droit qui est de fait, et il n'y aura pas de sanctions et de PV pour la participation à cette manifestation", a-t-il ajouté.

"En déclarant que l'émotion prédomine sur la loi, Christophe Castaner met gravement en danger l'ordre public. Ses propos sont indignes d'un ministre de l'Intérieur. En République, la force doit rester à la loi", a réagi sur Twitter le président de LR, Christian Jacob.

"Le ministre de l'Intérieur annonce lui-même que les règles qu’il est chargé de faire respecter ne comptent pas. Après avoir lâché les policiers soumis désormais à la présomption de culpabilité, il renonce à faire respecter la loi : il n'y a plus d'Etat", a renchéri la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen.

Christophe Castaner avait annoncé lundi des mesures pour améliorer la déontologie des forces de l'ordre, au sein desquelles une "tolérance zéro" du racisme.

De nombreux rassemblements pour saluer la mémoire de George Floyd, un homme noir de 46 ans mort par asphyxie le 25 mai sous les genoux d'un policier blanc à Minneapolis aux Etats-Unis, sont organisés mardi dans le monde et plusieurs villes françaises.

Ils avaient réuni quelque 23.000 personnes en France samedi, selon le ministère de l'Intérieur.

"rassemblement solennel" à Paris

A Paris, l'association SOS Racisme a appelé à un "rassemblement solennel" sur la place de la République à 18h00, qui sera aussi "un rappel de notre détermination à combattre, ici, le racisme dans la police et dans tout autre secteur".

Plusieurs syndicats (CGT, FSU, Unsa), partis politiques (EELV, PS, LFI, PCF), organisations étudiantes et lycéennes (Fage, Unef, UNL), associations et ONG (Ligue des droits de l'homme, MRAP, Cran) se sont associés à cet appel.

Le Premier ministre Edouard Philippe a appelé mardi au "respect et à la confiance" vis-à-vis de la police, mais aussi à "l'exigence", dans un contexte de "très grande" émotion et de manifestations après la mort de George Floyd aux Etats-Unis et d'Adama Traoré en France.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.