“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La grève reprend à BFMTV et RMC, sans empêcher le débat des municipales à Paris

Mis à jour le 25/06/2020 à 21:52 Publié le 25/06/2020 à 21:49
Les antennes de BFMTV, RMC et RMC Découverte étaient perturbées mercredi matin par la première grève de son histoire, contre les suppressions de postes prévues par la filiale d'Altice.

Les antennes de BFMTV, RMC et RMC Découverte étaient perturbées mercredi matin par la première grève de son histoire, contre les suppressions de postes prévues par la filiale d'Altice. AFP/Archives / ERIC CABANIS

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La grève reprend à BFMTV et RMC, sans empêcher le débat des municipales à Paris

Le bras de fer reprend à NextradioTV: les salariés de BFMTV et RMC ont voté jeudi soir la reprise du mouvement de grève contre d'importantes suppressions de postes, sans toutefois empêcher la tenue du débat entre les trois candidates à la mairie de Paris, déjà reporté de 24H à cause de ce conflit sans précédent au sein du pôle audiovisuel du groupe Altice.

Une première grève de 24 heures avait été lancée mercredi au sein de NextradioTV, filiale de médias d'Altice, pour protester contre un plan d'économies prévoyant la suppression d'environ 500 postes, soit un tiers des effectifs.

Avec trois grandes revendications : aucun départ contraint, le rejet de la suppression de la moitié des pigistes et intermittents et de meilleures conditions sociales pour les salariés restants.

Ce mouvement, qui a fortement perturbé les antennes du groupe mercredi et entraîné le report du débat qui était prévu ce jour là entre Anne Hidalgo, la maire sortante de Paris et ses rivales Rachida Dati (LR) et Agnès Buzyn (LREM), avait été suspendu en fin d'après-midi, en attendant des discussions avec la direction.

Cependant, ces discussions n'ont pas suffi, puisque lors d'une assemblée générale organisée jeudi en fin d'après-midi, les salariés se sont prononcés pour la reprise immédiate du mouvement jusqu'à lundi 9H00, avec 326 voix sur 465 votants. 117 ont voté pour une journée de grève dimanche et 22 pour l'arrêt de la grève.

Les candidates affichent leur soutien

Cette reprise n'a cependant pas empêché la tenue sur BFMTV et BFM Paris de l'ultime débat d'avant le deuxième tour des municipales à Paris, qui a bien débuté à 21H00.

En préambule de ce débat, Ruth Elkrief, chargée de l'animer avec Apolline de Malherbe, a indiqué que lors de négociations qui se sont déroulées toute la journée avec les représentants des salariés, la direction de NextradioTV avait accepté de "transformer son plan de sauvegarde de l'emploi en un plan de départs volontaires".

Un geste en direction des grévistes, qui n'a pas empêché la reprise du conflit, inédit dans l'histoire de la filiale d'Altice.

Au début de ce débat, ultime grand rendez-vous médiatique des municipales à Paris, Anne Hidalgo, Rachida Dati et Agnès Buzyn, ont chacune exprimé à leur tour leur soutien aux grévistes de NextradioTV.

Tout en insistant sur l'importance des médias dans la démocratie et le fait que le moment est peu opportun pour lancer des restructurations dans le secteur ,alors que la crise n'est pas encore finie.

Après avoir reçu des représentants des salariés du groupe, les candidates du PS et de LREM avaient renoncé mercredi à participer au débat prévu ce jour là par respect du droit de grève, avant qu'il soit reprogrammé à jeudi.

NextradioTV a dévoilé le 17 juin un vaste plan d'économies et "de reconquête" pour faire face à l'impact de la crise du Covid-19. La filiale d'Altice, qui est largement bénéficiaire, anticipe un écroulement des recettes publicitaires post-crise sanitaire.

NextRadioTV entend aussi économiser sur le sport, où il a perdu des droits prestigieux dans le football et devra faire face à une concurrence accrue avec le lancement en août de Téléfoot, la chaîne du groupe Mediapro qui diffusera les meilleurs matchs de la Ligue 1.

NextradioTV prévoit dans ce cadre de supprimer "330 à 380 CDI et jusqu'à 200 pigistes et intermittents", soit environ un tiers des effectifs sur un total de 1.600 salariés, selon l'intersyndicale qui juge ce projet "incompréhensible".

De son côté, la direction de la filiale a, dans un message adressé lundi aux salariés, défendu "la nécessité de cette inéluctable transformation" et appelé à la "responsabilité" de tous.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.