“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Journée de mobilisation des auto-écoles ce lundi sur la Côte d'Azur, 200 véhicules attendus pour une opération escargot

Mis à jour le 11/02/2019 à 08:21 Publié le 11/02/2019 à 08:07
Les petites auto-écoles de quartier souffrent des annonces d’Emmanuel Macron.

Les petites auto-écoles de quartier souffrent des annonces d’Emmanuel Macron. Photo Frantz Bouton

Journée de mobilisation des auto-écoles ce lundi sur la Côte d'Azur, 200 véhicules attendus pour une opération escargot

Nouvelle journée de mobilisation nationale des professionnels de l’auto-école. Et cette fois, les Azuréens seront du combat. Une manifestation est prévue ce matin. Avec 200 véhicules pour une opération escargot qui débute à 7h30.

Un rapport a été remis au Premier ministre. Il pourrait contenir les grandes lignes de la réforme. Des pistes qui alarment les professionnels. Ils manifestent ce matin dans le département.

Deux points de départ: gare de Drap/Cantaron et stade Pierre-de-Coubertin à Cannes. Objectif: faire reculer le gouvernement sur sa future réforme du permis de conduire. Un rapport, remis la semaine dernière à Édouard Philippe, provoque la colère de plusieurs syndicats d’auto-écoles, réunis en intersyndicale.

Fin de l’agrément départemental, inscription au permis, plateformes en ligne favorisées... Plusieurs pistes préconisées dans le rapport inquiètent fortement les professionnels du secteur. Ils veulent le faire savoir.

Il y a 190 auto-écoles traditionnelles dans les Alpes-Maritimes. Elles emploient environ 500 personnes.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct