Rubriques




Se connecter à

"Ils ont 15 jours, sinon au Grand Prix on sera là!": des salariés de l’hôtellerie et de la restauration en grève à Monaco

Des salariés de l’hôtellerie et de la restauration étaient en grève ce samedi. Une centaine s’est mobilisée sur la place d’Armes. Ils réclament notamment une revalorisation du Smic à 2.250 euros.

Julie Baudin Publié le 14/05/2022 à 19:08, mis à jour le 14/05/2022 à 19:08
Ils étaient une centaine de salariés de la SBM à manifester place d’Armes, mais davantage à avoir participé au mouvement de grève lancé samedi. (Photo J. B.)

Samedi en début d’après-midi, à la Condamine, On lâche rien de HK et les Saltimbanks, Unité de La Fouine et une longue liste de revendications de salariés monégasques poussées par une sono hurlante, ont masqué un temps le bruit des vieux bolides.

Une manifestation en plein Grand Prix Historique de certains personnels de l’hôtellerie et de la restauration monégasques pour revendiquer essentiellement des hausses de salaires et de meilleures conditions de travail.

Plusieurs établissements concernés par le mouvement

Ils étaient une centaine, en grève depuis le matin pour la plupart et pour une durée de 24 heures, à être venus faire entendre leur mécontentement sur la place d’Armes, au pied du Rocher où se concentrent les principales institutions monégasques.

Des cuisiniers, des pâtissiers, des tabliers bleus [ndlr, les plongeurs] de plusieurs établissements de la Principauté – Hôtel de Paris, Café de Paris, Monte Carlo One, Sporting, Hermitage, mais aussi le Fairmont, le Colombus – qui sont venus demander une revalorisation du Smic "à l’image de ce qu’ont obtenu nos collègues français". À leurs côtés, des personnels des services sécurité et sûreté de la SBM qui ont déjà débrayé pour les mêmes raisons il y a une quinzaine de jours.

Le Grill et le Café de Paris n’ont pas pu ouvrir samedi

Un mouvement de grève qui a eu quelques conséquences qui sont loin d’être négligeables: "Nous sommes de nombreux salariés de la SBM à s’être mobilisés, déclare un manifestant. Le Grill est d’ailleurs resté fermé toute journée et la Café de Paris n’ouvrira pas ce soir." Avec les conséquences de perte financière qu’on peut imaginer un samedi soir de Grand Prix.

 

"Situation sociale explosive"

Mais le ras-le-bol des salariés grévistes qui étaient présents samedi n’est pas des moindres. Et parmi eux beaucoup sont déterminés.

"La situation sociale est explosive et il faut que les patrons le comprennent! Il y a un ras-le-bol général de toute la profession à Monaco, explique un représentant du syndicat des cuisiniers du secteur hôtelier de Monaco, l’organisation qui est à l’initiative de ce mouvement de grève. En cuisine, la situation se dégrade faute de personnel. Les choses ont changé depuis le Covid, la profession attire moins et puis s’ajoute aussi le fait que travailler à Monaco ce n’est plus aussi attractif qu’avant. Il y a eu revalorisation du taux horaire du Smic hôtelier en France qui est passé à 11,01 euros de l’heure depuis le 1er avril, alors qu’à Monaco nous sommes à 10,88."

"Un Smic à 2.250 euros"

"Quand vous ajoutez le coup du carburant et des parkings – car avec nos horaires décalés nous ne pouvons pas prendre les transports en commun – quel intérêt y a-t-il alors à venir travailler en Principauté? ajoute-t-il. Nous revendiquons tous ici un Smic à 2.250 euros pour l’hôtellerie, là où il est en moyenne à 1900 euros, ainsi qu’une augmentation de la prime de transports. Car venir travailler nous coûte en moyenne entre 150 et 200 euros par mois."

Menaces sérieuses sur le Grand Prix

Au micro, le secrétaire général de l’USM, Olivier Cardot a tenu à marquer ce qu’il appelle "un avertissement à destination du patronat et du gouvernement de ce pays" sous peine de nouveaux blocages lors des trois jours de Grand Prix de F1. "Il y a des salaires de misère et des conditions de travail inacceptables. Aujourd’hui nous montrons notre détermination sur ce premier rassemblement-là, ça fait bien longtemps qu’on n’avait pas pu une telle mobilisation sociale lors d’un Grand Prix. N’oubliez pas, c’est un avertissement! Ils ont quinze jours, je dis quinze jours, pour venir à la table. Pas pour parler mais avec des actes. Dans le pays voisin, vos professions, elles augmentent le salaire de 15 à 16%. Donc aujourd’hui il y a un manque ici à Monaco. C’est pourtant un pays riche, sur 2km2, il y a un PIB de 6 milliards d’euros et ils n’ont pas perdu d’argent pendant la crise sanitaire. Donc arrêtez de nous raconter des histoires!"

 

"Oui, reprend un autre représentant du syndicat des cuisiniers, ils ont quinze jours, je dis bien quinze jours, pour nous fournir un calendrier précis avec des réponses par écrit. Sinon au Grand Prix, on sera là!"

La direction réagit

La direction de la SBM a fait savoir qu’elle condamnait le mouvement de grève de samedi qui a été suivi par 200 de ses salariés.

Une action qu’elle juge "regrettable et préjudiciable, au moment où la Société se redresse après des années difficiles et plusieurs exercices de pertes financières importantes."

"Les salaires revalorisés de 3% au 1er avril et prime de transport de 21%"

La direction explique également que "ce mouvement de grève se base sur des revendications portant notamment sur une revalorisation conséquente des salaires, alors même que la Société des Bains de Mer a, conformément aux dispositions conventionnelles, indexé les salaires sur la base de l’évolution de l’indice INSEE des prix à la consommation. Ainsi, les salaires ont été revalorisés de 3% dès le 1 er avril dans l’hébergement et la restauration. " Autre avancée mise en avant par la SBM: "L’indemnité de transport étendue à 900 bénéficiaires supplémentaires et revalorisée de 21%."

"Versement d’une prime pendant le Grand Prix"

"Enfin, poursuit la direction de la SBM, un calendrier de discussions relatives aux avantages sociaux et aux conditions de travail, sur les thématiques relevées par les représentants du personnel et notamment l’actualisation des grilles de salaire a été fixé. Il a aussi été acté et étendu le versement d’une prime Grand Prix dont les modalités seront exposées lors d’une réunion d’ores et déjà fixée avec les partenaires sociaux le 20 mai prochain, il est aussi prévu le versement d’une prime d’intéressement en fonction des résultats qui seront annoncés le 31 mai."

"La Direction Générale, qui s’est rendue sur place dès le début de la matinée, a pu constater avec satisfaction que la grande majorité des salariés de ses établissements a choisi de lui faire confiance. Ainsi, les réservations des hôtels et des points de restauration ne sont que faiblement impactés par ce mouvement, à l’exception du Restaurant Le Grill qui a dû être fermé au déjeuner et au dîner, et du Café de Paris, fermé au dîner. Les équipes en place se sont mobilisées dans l’intérêt du client, de la Société, mais aussi du Grand Prix Historique et de la Principauté. La Direction Générale tient à leur témoigner sa profonde reconnaissance pour leur implication."

"De l’intérêt de tous de faire rayonner les établissements de la Société"

"Au vu des annonces sociales récentes, et des dispositions conventionnelles très avantageuses dont bénéficient ses salariés, Il est de l’intérêt de tous de faire rayonner les établissements de la Société et la Principauté de Monaco pendant une période de forte exposition internationale. La Direction de la SBM continue de privilégier le dialogue et tiendra ses engagements comme elle n’a cessé de le dire aux représentants du personnel."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.