“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Fin du plan social à la SBM: satisfaction générale?

Mis à jour le 05/03/2021 à 22:32 Publié le 05/03/2021 à 21:16
L’entreprise a trouvé un accord après cinq mois de négociations.

L’entreprise a trouvé un accord après cinq mois de négociations. Photo Cyril Dodergny

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Fin du plan social à la SBM: satisfaction générale?

Le gouvernement et le Conseil national se réjouissent d’un accord trouvé dans l’entreprise qui évite un drame social. Du côté des syndicats, si la satisfaction pointe, des bémols demeurent.

La casse sociale n’aura pas lieu. Avec 227 départs volontaires et seulement 4 départs contraints, le plan social s’achève au sein de la Société des Bains de Mer sans cataclysme. La direction de l’entreprise a annoncé être arrivée à un accord jeudi soir et forcément, la décision a fait réagir tous azimuts.


Hier, le gouvernement a salué "l’état d’esprit des discussions, qui a permis de trouver des solutions les plus adaptées possibles aux situations individuelles des employés de la SBM concernés par le plan social, en privilégiant de manière quasi-exclusive les départs volontaires".

"Nous avons fait les efforts nécessaires"


Ajoutant "qu’une SBM plus agile sera mieux à même de relever les défis importants qui continueront à se présenter à elle dans les prochains mois, notamment au vu des incertitudes liées à la situation sanitaire et à une reprise économique mondiale qui s’annonce fragile dans les secteurs principaux d’activité de la société".


Du côté du personnel, les représentants du syndicat des Jeux eux aussi se disent "satisfaits" qu’il n’y ait quasi-pas de départs contraints et que les accords collectifs ne soient pas révisés. "Nous avons fait les efforts nécessaires pour retrouver la paix sociale, en ayant l’écoute du gouvernement et l’aide du Conseil national."


Le climat serein est retrouvé ? "Le seul bémol est que les seuls à avoir fait des efforts, ce sont les employés. Certes les membres du comité exécutif ne toucheront pas de prime qualitative du fait des mauvais résultats, comme tout le monde; Mais qu’en est-il de leur prime quantitative ? Nous regrettons qu’ils n’aient fait aucun effort", lancent les représentants des syndicats des Jeux.

Qui espèrent aussi de la direction qu’une action soit intiée pour encourager les générations de jeunes Monégasques à se tourner vers les métiers du Casino. "C’est le plus beau métier du monde et il intéresse moins les jeunes de notre pays. Nous voulons comprendre pourquoi et changer la tendance".

 
 
Stéphane Valeri: "Le pacte social historique est réaffirmé avec cet accord"

Quel est votre état d’esprit à l’annonce de la fin de ce plan social?
L’accord trouvé est un exemple de réussite collective. C’était indispensable d’adopter un plan de restructuration de la société, il fallait faire des économies structurelles de coût. Nous nous félicitons de la réussite de la négociation entre les dirigeants et les syndicats.

Et cette réussite collective implique aussi le gouvernement et le Conseil national. L’assemblée a joué tout son rôle de médiateur dans ce dossier. Nous avons reçu à plusieurs reprises les dix-huit syndicats de salariés et j’ai moi-même échangé régulièrement avec le président Biamonti.

Quelle était votre crainte?
Dès le début, nous avions plaidé pour que les Monégasques soient épargnés par les suppressions de postes et que pour tous les salariés, soient privilégiés les départs volontaires pour éviter les départs contraints.

Force est de constater que l’objectif est atteint, car il y a très très peu de départs contraints. Aussi, on note avec satisfaction que la SBM maintient ses conventions collectives et va continuer de remplir son rôle social. Un rôle historique qui consiste à fournir depuis toujours des emplois de qualité à de nombreux Monégasques. Le pacte social historique avec cet accord a été réaffirmé. C’était un préalable nécessaire pour que désormais toute l’attention des dirigeants et des salariés soit mise à être mobilisée pour réussir la relance.

"Il y a un avenir dans les métiers du casino, ce message doit être entendu par nos jeunes compatriotes"


Un drame social a été évité?
Un grave conflit social potentiel a été évité oui. Il faut dire aussi que les dirigeants et les représentants de syndicaux ont eu le sens des responsabilités en faisant un pas vers l’autre, comme nous le souhaitions. C’est un accord équilibré. Les dirigeants ont épargné les Monégasques, quasiment éviter les départs contraints, maintenu les conventions collectives.

Mais n’oublions pas les efforts consentis par les salariés. Pour beaucoup ils ont vu depuis une année une baisse significative de leurs revenus puisque beaucoup sont au CTTR. Ils ont accepté aussi dans l’accord une réduction importante de leurs effectifs et dans les Jeux, une baisse sensible du nombre de cadres à l’avenir.


Les syndicats des Jeux justement, s’inquiètent que le métier ne séduise plus les jeunes générations. C’est aussi votre crainte?
Depuis le début de cette mandature, nous avons obtenu qu’une école de Jeux soit lancée chaque année et effectivement, on a du mal à susciter les candidatures de jeunes Monégasques.

Il faut, je crois, réaffirmer tout l’intérêt de ces métiers qui continueront à offrir des carrières de qualité. Monaco a besoin de ses casinos et d’employés motivés. L’accord trouvé sur ce plan social, le confirme. La SBM continuera d’offrir des emplois de qualité aux jeunes Monégasques. Il y a un avenir dans les métiers du casino, ce message doit être entendu par nos jeunes compatriotes.

 
 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.