“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Fin de la grève sur le chantier d'Ikea à Nice, les ouvriers ont repris le travail

Mis à jour le 31/07/2020 à 07:34 Publié le 30/07/2020 à 20:54
Les ouvriers du chantier ont reprise me travail ce jeudi.

Les ouvriers du chantier ont reprise me travail ce jeudi. Photo D. M

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Fin de la grève sur le chantier d'Ikea à Nice, les ouvriers ont repris le travail

La grève est terminée sur le chantier d’Ikea, à Nice Saint-Isidore. Les 130 ouvriers ont repris le travail, ce jeudi, car leurs revendications ont été entendues par la direction de Travaux du Midi en Provence.

La grève avait été décidée mardi à la suite de l’annonce d’un plan social visant la suppression de 180 postes sur les trois entités de la société, filiale du groupe Vinci construction.

Mercredi, à l’issue d’une réunion, la grève avait été reconduite.

Cependant, une rencontre entre délégués du personnel et direction, également mercredi, laissait entrevoir un déblocage.

Et c’est ce qui s’est passé, puisque, satisfaits par cette réunion sur le site du chantier, les grévistes ont renoncé à leur mouvement.

Les représentants des salariés vont d’abord, comme ils le souhaitaient, reprendre les négociations sur un autre barème de rupture conventionnelle collective revu à la hausse, notamment pour les indemnités de départ.

D’autre part, les salariés ont obtenu bon espoir de réduire le quota d’effectifs concerné par la suppression de postes (180 au total, dont 80 pour le secteur Provence).

Enfin, l’arrêt total du plan de sauvegarde de l’emploi étant impossible, les grévistes ont tout de même réussi à négocier un pourcentage sur le quota global afin d’éviter les licenciements.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.